Un syndicat italien demande l'interdiction de la marque "Mafiawear"

ROME, 11 jan 2006 (AFP) - Un syndicat italien du secteur textile a demandé mercredi au gouvernement d'interdire la ligne de vêtements "Mafiawear", marque qu'il juge "infâmante" pour l'industrie de la mode italienne et qui "salit la mémoire de ceux qui ont perdu la vie en combattant la mafia".


Collection Mafia Wear AH 05/06

"Mafiawear", griffe du groupe vénitien Mamaindustry, a été lancée en juillet 2005. Son logo représente l'aile d'un ange qui se prolonge par une queue fourchue.

"En chacun d'entre nous sommeille une âme mafieuse, le jour et la nuit, le blanc et le noir, le divin et l'infernal. L'âme de Mafiawear, c'est le choix de reconnaître son propre côté obscur", est-il indiqué sur le site internet de la marque.

La fédération textile de la CGIL (gauche), la principale confédération syndicale italienne, a réclamé mercredi dans un communiqué l'intervention du gouvernement de Silvio Berlusconi pour condamner et interdire la marque de vêtements.

Lancer une marque "pour des vêtements qui glorifient la mafia est un signe inquiétant de la manière dont se répand dans notre pays une pratique de non-respect d'un Etat démocratique", a dénoncé le syndicat.

"L'entrepreneur vénitien affirme impunément que la mafia +a fait de bonnes choses, qu'elle est une force positive+. Ces affirmations salissent la mémoire de tous ceux qui ont perdu la vie en combattant la mafia", a estimé l'organisation.

Selon elle, une telle appellation "offense des centaines de milliers de personnes qui travaillent dans le secteur de la mode et qui en font un patrimoine important d'Italie, reconnu internationalement".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

TextileIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER