Un tour de France pour faire valoir auprès des commerçants l'intérêt d'une présence en ligne

Le Conseil du commerce de France (CdCF) s’associe au groupe La Poste pour sensibiliser les commerces à l’urgence de mettre en place une stratégie numérique. Tandis que La Poste prépare des marketplaces locales dédiées, un outil d’auto-évaluation de leur situation digitale ainsi qu’un livre blanc sont mis à disposition des commerces, dont 500 000 sur les 900 000 que compte l’Hexagone n’ont pas encore de présence numérique. Des conférences dédiées vont par ailleurs se tenir à travers la France.


William Koeberlé (CfCF), Paul-Marie Chavanne (La Poste) et Damien Bon (Stuart) - MG/FNW

Le premier de ces rendez-vous va se tenir à La Plateforme de Lyon (4, quai Victor-Augagneur) le lundi 8 avril au soir, en présence de William Koeberlé, président du CdCF, Damien Bon, PDG de la société de livraison Stuart, et Guillaume Sagnes, directeur général de Commerçant+. D’autres conférences sont annoncées à Bordeaux le 17 juin (Palais de la Bourse), puis à Nancy en septembre et à Lille en novembre. Une démarche qui entend s'adosser au plan gouvernemental Action Cœur de Ville, le CdCF voulant inclure élus locaux, managers de centre-ville et associations de commerçants dans le travail entrepris.

Pour William Koeberlé, cette démarche était devenue impérative. « On parle de 9 % des ventes se faisant désormais en ligne, mais ce n’est qu’une moyenne. Dans les biens culturels c’est 44 %, pour les jouets 22 % et dans l’habillement-chaussure 18 %. Et ça augmente ! », explique le responsable. « Il faut faire comprendre aux commerces que, désormais, leur vitrine c'est aussi Internet. Que 70-80 % des gens préparent leur achat en ligne. Ne pas avoir de visibilité en ligne, c’est se priver d’un élément de trafic essentiel. »

Des markeplaces à l'échelle d'une ville

La Poste, dont le CdCF s’est rapproché pour son expertise autant que pour son ancrage local, va quant à elle proposer quatre types de service aux commerces : la facilitation de gestion de point de vente, la mise en place de stratégie de communication (notamment via les réseaux sociaux), des solutions de livraisons adaptées selon les commerces et surtout le déploiement de places de marché à visée locale.

« Nous avons déjà deux marketplaces opérant sur ce principe, E-city et Resto In, et nous sommes en train de regarder comment les rassembler », explique Paul-Marie Chavanne, directeur général adjoint du groupe La Poste. « L’idée serait de créer une place de marché pour chaque ville qui voudrait le faire et qui regrouperait l’ensemble des commerçants souhaitant se faire connaître via elle. Cela implique un travail avec les villes. Et la légitimité du CdCF est essentielle à un tel projet. »

Outre les prestataires Commerçant+ et Opcommerce, La Poste réunira lors de la première conférence lyonnaise ses solutions et filiales Genius, Resto In, Stuart et Des Clients dans mon Magasin. Pour William Koeberlé, ces rencontres avec des spécialistes doivent avant tout permettre d’éclairer les commerçants. « Il faut aider les entreprises à s’y retrouver parmi une offre de prestataires qui promettent monts et merveilles et nécessitent de gros investissements, avec parfois des résultats décevants. Mais tout cela interviendra dans un second temps. Pour l’heure, il faut d’abord sensibiliser, provoquer une prise de conscience. »

Le CdCF regroupe une trentaine de fédérations du commerce, dont les instances représentatives des centres commerciaux (CNCC), des enseignes d'habillement (FEH), des commerces de mode indépendants (FNH), de la vente en ligne (Fevad), de la franchise (FFF), du commerce spécialisé (Procos) et des grands magasins (UCV). Des adhérents qui représentent 70 % des emplois d'un secteur du commerce employant 3,5 millions de personnes en France.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - DiversDistributionEvénements
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER