×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
17 mars 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Un tribunal italien approuve le sauvetage du chapelier Borsalino

Par
Reuters
Publié le
17 mars 2016

Le chapelier Borsalino, connu pour ses fedoras portés par des générations d'acteurs et célébrités comme Humphrey Bogart ou même Rihanna, va faire l'objet d'un sauvetage. Celui-ci a été approuvé par un tribunal italien.


Les juges d'Alessandria, ville du nord de l'Italie où l'entreprise familiale a été fondée en 1857, ont donné leur accord pour un plan de sauvetage proposé par l'homme d'affaires Philippe Camperio, cofondateur de la société d'investissement Quest Partners.

Philippe Camperio deviendra ainsi le nouvel actionnaire principal de l'entreprise, à travers la société Haeres Equity.

Son plan prévoit de sauvegarder l'emploi de 110 personnes et de régler les dettes avec les banques et les fournisseurs, ainsi qu'avec l'Etat italien. Les détails financiers de la transaction n'ont toutefois pas été révélés.

Malgré la notoriété de sa marque, l'entreprise a perdu plusieurs millions d'euros au cours des dernières années, et n'est redevenue profitable qu'au cours des premiers mois de 2015.

Le PDG actuel, Marco Moccia, a dirigé l'entreprise depuis que le précédent actionnaire principal, Marco Marenco, a été privé de ses pouvoirs en 2008 - ce dernier ayant par ailleurs été arrêté en 2015 pour banqueroute et fraude.

Comme beaucoup d'entreprises familiales, Borsalino n'a pas disposé des fonds ou des capacités managériales nécessaires pour survivre à la longue récession italienne.

Alors que les ventes atteignaient 15,5 millions d'euros en 2015, l'entreprise a indiqué pouvoir générer un chiffre d'affaires de 17 millions cette année. Le nombre d'articles vendus annuellement est de 165 000, dans 50 pays.

© Thomson Reuters 2023 All rights reserved.

Tags :
Mode
Divers
People