Une amende record pour entente entre fabricants de produits d'hygiène-beauté

Jeudi 27 octobre, la cour d’appel de Paris a confirmé la sanction prononcée par l’Autorité de la concurrence en décembre 2014 à l’encontre de plusieurs géants de l’hygiène, beauté et entretien condamnés pour s’être concertés sur leurs prix. Unilever, Procter & Gamble ou encore L’Oréal devront ainsi payer une amende de 948,9 millions d'euros, contre les 951,1 millions initialement prévus, soit une légère baisse.


Des géants de l'hygiène-beauté condamnés à une amende record pour entente sur les prix - AFP

« La cour d'appel vient de confirmer la sanction la plus élevée qu'ait jamais prononcée l'Autorité de la concurrence, alors que par le passé, elle avait largement réduit, voire annulé, les amendes records du gendarme de la concurrence », explique Gildas de Muizon, associé du cabinet d'expertise économique Microeconomix, à l’AFP, rapporte le magazine Marianne.

Pour rappel, en décembre 2014, l’Autorité de la concurrence avait sanctionné deux ententes entre certains fabricants de produits d’hygiène et d’entretien qui, entre 2003 et 2006, avaient coordonné leur politique commerciale auprès de la grande distribution et s’étaient notamment concertés sur les hausses de prix.

Colgate-Palmolive, Henkel, Unilever, Procter & Gamble, Reckitt Benckiser, Sara Lee, SC Johnson et Bolton Solitaire, Laboratoires Vendôme, Gillette, L’Oréal, Beiersdorf et Vania étaient visés par cette procédure.

A noter que SC Johnson, qui est à l'origine de l'enquête, a bénéficié de l’immunité totale, alors que Colgate-Palmolive et Henkel, qui ont également collaboré par la suite, ont vu leur amende diminuer.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

CosmétiquesDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER