×
6 272
Fashion Jobs
Publicités

Une Française sur trois se dit insatisfaite de son buste

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
today 6 mars 2016
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les Européennes ne semblent plus rêver d'une poitrine généreuse : un décolleté menu et ferme leur conviendrait mieux. C'est ce que suggère un rapport appelé « Triumph's 2016 Female Confidence Report » et réalisé à l'initiative de la marque de lingerie. 



Le sondage montre que 40 % des Allemandes, des Françaises, des Italiennes, des Britanniques, des Danoises et des Polonaises interrogées s'inquiètent de la fermeté de leurs seins

Par ailleurs, 34 % s'inquiètent de la taille, 32 % de la forme et seulement 29 % de la profondeur du décolleté. Le style pin-up plantureuse en vogue au début des années 2000 semble donc avoir été remplacé par un idéal plus délicat. 

Au total, au Royaume-Uni et en France, une femme sur trois se dit insatisfaite de son buste. Les Italiennes et les Polonaises sont les plus fières de leurs attributs. 

Alors que les plus jeunes de ces femmes (18 à 29 ans) rêvent d'avoir du monde au balcon, les 30-50 ans privilégient le maintien. Dans l'ensemble, 41 % des femmes ayant la trentaine n'apprécient pas leur décolleté.

Parmi les mères, 40 % sont moins fans de leur poitrine après avoir eu des enfants : la moitié pense avoir perdu la « forme parfaite ». Elles se plaignent, à 63 %, d'avoir les seins tombants.

Les femmes interrogées (70 %) admettent qu'un bon soutien-gorge reste le moyen le plus efficace de se sentir en confiance. Cependant, seules 60 % connaissent avec certitude leur taille et 1/3 seulement s'étaient mesurées au cours de l'année précédente.

Au total, 10 % déclarent faire des efforts pour trouver le parfait soutien gorge. Les Italiennes sont les championnes de cette catégorie et vérifient régulièrement leurs mensurations.

Lucy Aphramor, fondatrice du cabinet de conseil britannique spécialisé en santé Well Founded fait partie des sept experts à qui l'on a fait appel pour cette étude. Elle indique qu'en matière de poitrine, la confiance en soi est liée aux pressions sociales relatives au fait de vieillir.

« La culture dans laquelle nous vivons est obsédée par le jeunisme. Les femmes qui se jugent en fonction des canons de beauté actuels sont susceptibles de moins bien assumer les transformations dont leur corps fait l'objet avec l'âge, notamment ceux qui concernent leur poitrine », explique Lucy Aphramor.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 AFP-Relaxnews.