×
6 894
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Une maison de la cosmétique ouvrira à Chartres en 2021

Publié le
today 9 juil. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Véritable fer de lance du secteur de la beauté en France, la Cosmetic Valley fêtait en juin dernier ses 25 ans et, à l'occasion de sa dernière assemblée générale, son président Marc-Antoine Jamet, par ailleurs secrétaire général du groupe LVMH, a dévoilé les étapes de son plan pour assurer l'avenir de la filiale française à l'étranger. Parmi eux, le projet de "Maison de la cosmétique de Chartres" qui devrait ouvrir ses portes d'ici 2021 en face de la célèbre cathédrale Notre-Dame. Sorte de vitrine épicentre du pôle, le lieu chartrain prendra place dans l'ancien collège Jean Moulin et sera aussi bien dédié aux acteurs du secteur qu'au grand public, qui pourra y découvrir l'envers du décor de la filière à travers diverses démonstrations et expositions.


La Maison de la Cosmétique, future vitrine de la Cosmetic Valley - © Cécile Muzard


La municipalité de Chartres a prévu de débloquer 5,1 millions d'euros pour développer ce projet ambitieux. Le futur centre devrait devenir l'image de marque de la Cosmetic Valley tout en permettant à ses membres d'engager divers projets collaboratifs. Un incubateur pour les start-up du secteur est notamment annoncé.

« La Cosmetic Valley avait besoin de plus d’espace et de visibilité pour rayonner encore davantage », a indiqué Jean-Pierre Gorge, président de Chartres métropole. Développé par le cabinet Dubuisson Architecture, le centre, qui sera aussi le nouveau siège du cluster, disposera d'un rez-de-chaussée ouvert au grand public. Il prévoit enfin de devenir un vivier de talents formés aux métiers de la cosmétique de demain.

Renforcer sa présence sur le territoire tricolore

Ce nouveau plan d'action intervient alors que le marché mondial de la beauté ne cesse de prendre de l'ampleur avec un chiffre d'affaires qui pourrait atteindre 716,6 milliards de dollars (638 milliards d'euros) d'ici à 2025 selon un rapport du cabinet américain Grand View Research. Véritable écosystème composé de grandes entreprises (Shiseido, Dior Parfums, L'Oréal), de PME, de laboratoires et d'espaces de formation, la Cosmetic Valley souhaite notamment renforcer sa présence en France en élargissant son réseau sur le territoire. Christophe Masson, à la tête des opérations du pôle depuis janvier 2019, est en charge de coordonner les différentes antennes régionales du pôle de compétitivité.

Ce renforcement territorial doit permettre au premier pôle de compétitivité mondial de la cosmétique de renforcer la visibilité internationale du savoir-faire de la filiale française. Pour y parvenir, la Cosmetic Valley mise notamment sur la cinquième édition du salon Cosmetics 360, qui se déroulera au Carrousel du Louvre à Paris les 16 et 17 octobre prochain, où 200 exposants de 50 pays différents pourront se rencontrer et échanger sur les innovations du secteur.

Aider les PME à rayonner hors des frontières hexagonales

Marc-Antoine Jamet souhaite aussi accompagner les PME, qui constituent 80 % de l'activité du pôle de la Cosmetic Valley. Favoriser leur insertion sur la scène internationale et stimuler leurs activités de recherche et de développement sont deux des grands objectifs qui alimentent ce troisième volet d'action du plan établi par le président de la Cosmetic Valley. Déjà 350 projets ont obtenus des financements régionaux, nationaux ou européens d'un montant estimé à 450 millions d'euros. Cette somme devrait permettre aux activités de R&D de se développer au sein de la Cosmetic Valley.


Vue intérieure de la Maison de la cosmétique de Chartres - Dubuisson architecture


Reconnu mondialement, le modèle français est aujourd'hui dupliqué dans quinze pays différents désireux de miser sur la cosmétique pour accompagner leur développement économique. Cette politique d'expansion fait partie du quatrième volet présenté par Marc-Antoine Jamet qui souhaite développer une politique internationale d'interclustering en invitant les pôles de compétitivité internationaux à échanger et à collaborer les uns avec les autres.

Ces derniers devront cependant s'accorder au programme Cosmetopée mis en place par le groupe et qui vise à la valoriser la biodiversité. Soucieux du respect de l'environnement, le cinquième volet du plan de la Cosmetic Valley réitère la volonté du pôle d'accompagner ses membres et partenaires vers une politique de développement durable.

Simple association d'entreprises à sa création en 1994, la Cosmetic Valley s'est progressivement imposée comme le premier cluster au monde dédié à l'industrie des cosmétiques et de la parfumerie. Labellisé pôle de compétitivité en 2005 puis coordinateur de la filière nationale française, il rassemble aujourd'hui 3 200 entreprises sur trois régions (Centre-Val de Loire, Île-de-France et Normandie) qui génèrent un chiffre d'affaires collectif estimé à 45 milliards d'euros en 2017.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com