×
6 174
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
27 juil. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Une ONG fait pression sur Uniqlo pour qu'il paie les salariés d'un ancien fournisseur placé en liquidation

Publié le
27 juil. 2021

Enseigne du groupe japonais Fast Retailing, Uniqlo avait en 2014 cessé sa collaboration avec le fabricant indonésien Jaba Garmindo. Placée en liquidation quelques mois plus tard, l'entreprise n'a pas réglé à ses salariés 5,5 millions de dollars liés aux dernières productions reçues par Uniqlo. Une situation à laquelle l'ONG Clean Clothes Campaign dédie aujourd'hui un documentaire.


CCC


L'organisation réclame de longue date le versement par Uniqlo des 5,5 millions de dollars que les ouvriers n'ont pas touchés au titre de produits que le groupe japonais aurait pourtant réceptionnés et vendus. L'enseigne Uniqlo rejette de son côté toute responsabilité sur les affres causées par son ancien prestataire à ses quelque 2.000 salariés.

A l'heure où le devoir de vigilance et la responsabilité des entreprises s'inscrit progressivement dans les débats en Europe comme aux Etats-Unis, Clean Clothes Campaign mise aujourd'hui sur un reportage de douze minutes pour montrer les effets concrets de ces situations sur la vie des anciennes ouvrières textiles.

Dans le cas de Murni, qui travaillait pour le prestataire d'Uniqlo, Fast Retailing refuserait de payer plus de 0,5 % des salaires impayés. Une situation très différente de Siti, qui raconte quant à elle la fermeture en 2018 de l'usine Kahoindah, où elle opérait. En 2019, les ONG avaient poussé Nike, principal donneur d'ordres du site, à verser au total 4,5 millions de dollars aux travailleurs laissés sur le carreau.

Le documentaire diffusé par CCC pour faire pression sur Uniqlo


"À l'échelle mondiale, les travailleurs de l'industrie de l'habillement ont été privés d'au moins un demi-milliard de dollars d'indemnités de licenciement légalement dues au cours de la seule première année de la pandémie - un chiffre qui devrait encore augmenter", pointe Clean Clothes Campaign.

Avec l'apparition de la crise sanitaire, nombre de marques avaient annulé ou renégocié le prix de commandes pourtant déjà produites par leurs prestataires, causant une vague de défaillances dans certains pays de production.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com