×
4 949
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
26 août 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Une publicité pour une crème anti-âge Nivea jugée trompeuse au Royaume-Uni

Par
AFP
Publié le
26 août 2009

Nivea
www.Nivea.com
L'autorité britannique de supervision de la publicité, l'ASA, a jugé trompeuse une publicité magazine pour de la crème anti-âge Nivea, et interdit sa diffusion sous sa forme actuelle, a-t-on appris mercredi 26 août.

La publicité en question, parue dans des magazines britanniques il y a plusieurs mois, affirmait que les utilisatrices de la crème de jour "DNAge Cell Renewal" de Nivea (une marque du fabricant allemand de cosmétiques Beiersdorf) pouvaient "affronter l'avenir avec une peau plus ferme", mais sans expliquer clairement que la crème n'avait pas d'effet visible permanent.

Par ailleurs, la publicité affirmait que "126 femmes étaient d'accord" avec cette affirmation, mais sans indiquer combien, au total, avaient essayé la crème anti-âge, ce qui ne permettait pas aux lectrices de se faire une précise de son efficacité, a estimé l'Advertising Standards Authority.

En revanche, l'ASA, qui avait été saisie par des consommateurs en avril, n'a pas jugé trompeuse la référence à l'ADN (DNA en anglais) et à la "regénération de cellules" (cell renewal) dans le nom de la crème, car le texte de la publicité écartait toute ambiguïté à ce sujet.

Beiersdorf, tout en arguant de sa bonne foi, a accepté d'amender la publicité conformément aux recommandations de l'ASA.

Ce n'est pas la première fois que l'ASA, une autorité de régulation mise en place par l'industrie publicitaire britannique, s'en prend à une campagne d'un fabricant de cosmétiques prestigieux.

En 2007, l'autorité avait ainsi retoqué une réclame pour un mascara du groupe français L'Oréal, car l'actrice espagnole Penelope Cruz, qui y tenait la vedette, portait des faux-cils, et une autre du concurrent Rimmel, dans laquelle figurait cette fois le mannequin Kate Moss, parce qu'elle soupçonnait l'annonceur d'avoir "exagéré les bénéfices" de son produit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.