×
Publicités
Publié le
11 sept. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Une reprise moins forte que prévue en 2014 pour la mode italienne

Publié le
11 sept. 2014

"La situation est complexe, mais potentiellement positive". C’est la formule choisie par Mario Boselli, le président de la Camera della Moda, pour illustrer la fragile reprise de l’industrie de la mode italienne, qui marque enfin une inversion de tendance en 2014 après deux années consécutives de baisse, encore freinée toutefois par une demande sur en berne le marché domestique.

Dolce&Gabbana, le défilé milanais pour la saison printemps-été 2014 (Photo : PixelFormula)


"Fin juin, nous tablions sur une croissance de 5 % pour 2014. En fait, nous devrons nous contenter d’un +4,2 %. Les exportations ont bien tenu. Le problème, c’est le marché intérieur, qui est resté plat. Heureusement, l’euro est descendu sous le seuil de 1,30 dollar, ce qui rend nos entreprises plus compétitives", a illustré Mario Boselli, mercredi 10 septembre à Milan, à l’occasion de la présentation du programme de la prochaine fashion week, qui se déroule du 17 au 22 septembre.

Selon les prévisions du rapport "Fashion Economic Trends" réalisé par Hermes Lab pour la Chambre de la Mode italienne, le chiffre d’affaires de la filière textile-habillement devrait s’afficher en 2014 à 61,9 milliards d’euros contre 59,4 milliards d’euros un an plus tôt, enregistrant une hausse de 4,2 % par rapport à 2013.

"Le résultat décevant du deuxième trimestre 2014 et les croissantes tensions internationales ont conduit à abaisser légèrement les prévisions", indiquent les auteurs du rapport, qui prévoient "une croissance modeste de l’industrie italienne de la mode pour le premier semestre 2015, de l’ordre de 1,2%".

Lors du premier semestre 2014, les ventes du commerce au détail ont diminué de 1 % en Italie par rapport à la même période en 2013. L’habillement a enregistré une baisse plus réduite de 0,4 % (+0,2 % pour la catégorie chaussures et maroquinerie).

L’export reste plus que jamais la clé de succès des entreprises italiennes, avec la France comme premier débouché de la mode italienne, suivie par l’Allemagne, la Suisse et les Etats-Unis. Selon les estimations de l’étude, les exportations du textile-habillement devraient encore progresser en passant de 45,2 milliards d’euros en 2013 (+4,3 %) à 47,4 milliards d’euros en 2014 (+4,8 %).

Entre janvier et avril 2014, les exportations italiennes ont grimpé de 5 %, en particulier sur les marchés de l’Union européenne (+7 %) et au Royaume-Uni (+ 13,6 %). Même tendance positive vers les Etats-Unis (+11,6 %) et Hong-Kong (+9,6 %), alors que les ventes vers la Russie et le Japon sont en chute libre (-11 % et -6 %).

"L’instabilité en Russie a accentué la faiblesse du rouble, avec une dévaluation de 10 % par rapport à l’an dernier et de 22 % par rapport à 2012. Ces mouvements de taux de change freinent les décisions d’investissement des entreprises de la mode italienne dans des réseaux de distribution en Russie d’une part, et les décisions d’achats de la part des acheteurs russes d’autre part", souligne le rapport.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com