×
Par
AFP
Publié le
22 mars 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Une usine de confection haut de gamme occupée depuis quatre nuits

Par
AFP
Publié le
22 mars 2013

CHERBOURG, 22 mars 2013 (AFP) - Des ouvrières occupent jour et nuit depuis lundi leur usine de fabrication de prêt à porter masculin haut de gamme, Socoval, qui emploie à Cherbourg 27 salariés et dont la fermeture vient d'être annoncée par le propriétaire italien alors que selon les élus locaux, Dior envisageait de travailler avec elle, a-t-on appris de source syndicale.

La société de confection valognaise est menacée. Logo Socoval.


"Nous sommes vingt à participer à l'occupation, nous nous relayons par groupe de 10. La nuit le chauffage est coupé. La direction nous propose le minimum légal d'indemnités alors que nous avons en moyenne 35 ans d'ancienneté", a expliqué à l'AFP Elisabeth Lepresle déléguée CFDT du site qui a employé jusqu'à 750 personnes dans les années 70, et en chômage partiel depuis septembre.

Les lettres de licenciement doivent partir le 2 avril, selon la déléguée.

L'usine, la dernière à fabriquer du haut de gamme masculin en France selon sa direction, a été rachetée il y a 27 ans par le groupe italien Inghirami, selon la CFDT.

Mais "nous avons eu une rupture de licence avec Thierry Mugler en février 2012. On a essayé de trouver d'autres clients mais on n'a rien", a argumenté le directeur de l'usine Eros Catalano interrogé par l'AFP et que les ouvrières ont "bloqué" selon lui "quelques heures" à l'usine lundi.

Ce n'est pas le point de vue de la députée socialiste Geneviève Gosselin. "Nous on est arrivé avec une commande, de Dior, et on nous a répondu c'est trop tard", a expliqué à l'AFP le successeur du nouveau ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, qui avait pris des contacts avec Dior il y a plusieurs mois.

Selon l'élue, Dior envisageait de passer des commandes de vestes de femme aux ouvrières mais sous certaines conditions.

Interrogé cette semaine par la Presse de la Manche, Sidney Toledano, président de Dior Couture, s'est dit "abasourdi" par l'attitude de Socoval à qui Dior avait fait parvenir des prototypes de veste pour que Socoval fasse une proposition de prix.

"Durant toute ma carrière, je n'ai jamais vu un sous-traitant se comporter de la sorte" a-t-il dit.

Eros Catalano dit avoir reçu "seulement" des vestes d'un sous-traitant de Dior, le 11 mars et sans offre concrète.

L'usine n'a pas été placée en redressement, le groupe n'étant pas endetté, selon Geneviève Gosselin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.