×
5 787
Fashion Jobs
Publicités

Une vallée normande produit 70% des flacons de luxe dans le monde

Par
AFP
Publié le
today 19 juil. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Tréport (France) (AFP) - Avec 70 entreprises employant 7 000 à 8 500 personnes, la vallée de la Bresle, à la frontière de la Normandie et des Hauts-de-France, réalise plus de 70 % de la production mondiale de flacons de luxe pour la parfumerie, les spiritueux ou la pharmacie, selon les industriels français.


Photo : AFP/Charly Triballeau


"Après une très forte baisse d'activité pendant deux ans, on est reparti en flèche en 2010", résume William Varrall, directeur de Glass Vallée, qui fédère 70 entreprises de la vallée de la Bresle. La vallée - étalée sur une cinquantaine de kilomètres aux confins de la Seine-Maritime, de la Somme et de l'Oise - se présente comme le premier pôle mondial du flaconnage de luxe.

Des moulistes aux décorateurs en passant par les fondeurs et les verriers, les flacons de luxe font travailler près de 8500 personnes dont 60 % de verriers, avec 15 à 20 % d'intérim, un effectif "globalement stable depuis plus de 10 ans", pour un chiffre d'affaires de 1,5 à 2 milliards d'euros, selon William Varrall. La CGT parle elle plutôt de 7000 personnes avec une "érosion" des effectifs au gré des investissements dans l'automatisation par non remplacement des départs.

Les leaders sont Verescence (qui emploie 1 300 personnes en France dont plus de 800 à Mers-les-Bains (Somme), racheté en 2010 par le fond d'investissement américain Oaktree Capital management; le groupe familial Pochet du Courval (1 700 personnes dans le flaconnage en France dont 1 400 à Guimerville, en Seine-maritime), ou Brosse (300 salariés à Vieux-Rouen-sur-Bresle, en Seine-maritime), filiale du groupe italien Zignago.

La filière investit "beaucoup" et embauche mais elle peine à recruter en l'absence d'école de verriers, selon William Varrall. "Les salaires du secteur ne font plus autant rêver qu'il y a 25 ans. Les conditions de travail c'est peut-être un peu mieux mais ça reste des métiers pénibles", que l'on travaille près du four ou pas, ajoute le délégué syndical central de la CGT de Verescence Ludovic Krzyworzeka.

L'équation est "de plus en plus compliquée" avec une main d'oeuvre qui représente la moitié du chiffre d'affaires, des prix "sous forte pression" et une rentabilité faible, explique un industriel.

"Il va falloir que nos chers clients, qui affichent des résultats mirobolants, que ce soit LVMH, l'Oréal, etc, fassent attention à préserver leurs ressources made in France", ajoute William Varrall.

Selon un rapport présenté en octobre à l'Assemblée nationale, sur un flacon vendu 100 euros en boutique, seuls trois euros sont attribués à l'ensemble de la filière verrière contre 25 euros à la publicité et au marketing, 35 euros minimum à la distribution et 15 euros à la marge de la marque de parfum.

Côté parfumeurs "le centre décisionnaire est concentré : 80 % du marché étant détenu par sept grands groupes", souligne un industriel verrier.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.