VF Corp toujours plus rentable

La force de VF Corp réside bien sûr dans ses marques (Timberland, The North Face, Vans, Lee, Napapijri, Wrangler…). Mais, c’est aussi un modèle et des process appliqués de manière redoutablement efficace qui confèrent au groupe américain une place de leader dans l’industrie de la mode.

"La combinaison de marques très fortes et de plateformes opérationnelles efficaces crée un outil unique capable d’apporter sur le long terme de la valeur de manière consistante, se félicite Eric Wiseman, PDG de VF Corp. Avec un excellent démarrage d’exercice, nous sommes en bonne position pour réaliser nos objectifs annuels".

Le volet jeanswear de VF Corp, avec Lee et Wrangler (photo) accuse un recul de chiffre d'affaires, mais des marges en nette amélioration. Visuel Wrangler.

Le groupe enregistre en effet une croissance de 2% de son chiffre d’affaires à 2 milliards d’euros (2,61 milliards de dollars US) sur son premier trimestre 2013, clos fin mars par rapport à la même période un an plus tôt. Alors que son segment jeanswear est légèrement à la peine avec un repli de 3% à 549 millions d’euros, notamment avec un recul à deux chiffres sur l’Asie où Lee fait face à un secteur touché par des stocks conséquents, l’Outdoor & Action sports s’affirme comme le filon actuel du groupe. Tiré par The North Face (+6%) mais surtout Vans (+25%), ce segment enregistre une hausse de chiffre d’affaires de 10% à près d’1,06 milliard d’euros.

Son activité de licences pour les sports américains (NBA, MLB, NFL,…) accuse en revanche un repli de 9% à 193 millions et ses "contemporary brands" (7 For All Mankind, Ella Moss et Splendid) de 4% à moins de 80 millions d’euros. Son Sportswear affiche enfin une progression de 4% à 98 millions d’euros, notamment grâce à la croissance des ventes de Kipling sur le marché américain. Le volet "direct to consumer", via les boutiques et l’e-commerce, est au cœur de ces croissances. Le groupe affiche une progression de 12% de son chiffre d’affaires réalisé par ce volet de distribution.

Mais si la croissance des ventes est intéressante, c’est surtout en termes de rentabilité que le groupe est impressionnant. Son taux de marge brute est ainsi passé de 45,3 à 48,1%. Son résultat opérationnel atteint les 274 millions d’euros au terme du trimestre, soit une hausse de 13%. A noter que malgré le recul des ventes du jeanswear, ce segment enregistre une croissance de 29% de son résultat opérationnel.

Ses gains sur les marges sont au cœur des objectifs annuels du groupe. En effet, pour 2013, VF Corp table sur un bond du chiffre d’affaires de 6% à 8,8 milliards d’euros (11,5 milliards de dollars US). Et cette progression devrait s’accompagner d’une croissance de 100 points de base des marges brutes (soit un passage de 46,5% à 47,5%) et opérationnelles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

SportBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER