Velvet Socks passe aux sous-vêtements

C’est sur l’espace Exposed du salon Première Classe, qui s’est tenu à Paris du 28 septembre au 1er octobre, que Simone Wild a présenté la première ligne de bodys, cyclistes et de culottes de sa marque Velvet Socks. Jusqu’ici spécialisée dans la création de chaussettes en velours, la jeune designer dit « avoir été inspirée par ce que j’ai vu lors du dernier salon de la lingerie où je présentais déjà mon travail ». 
 
L'un des premiers modèles de bodys de Velvet Socks - Instagram @by_simonewild

Avec cette nouvelle ligne, qui comprend quatre modèles de bodys déclinés en 16 couleurs, deux de culottes et deux de cyclistes, dans les mêmes tons, Simone Wild introduit une nouvelle matière dans le catalogue de Velvet Socks : un tissu lamé, digne descendant des années disco. Vendues entre 60 euros (les culottes) et 155 euros (les bodys), ces pièces, toutes fabriquées en Allemagne à partir de matières européennes, devraient vite trouver preneur au sein des points de vente de la griffe.

Présente dans douze pays différents, dont la France au Bon Marché Rive Gauche, Gang of earlybirds, Centre Commercial, Amélie Pichard et Anne Thomas, Velvet Socks a pour marchés principaux l’Allemagne, son pays d’origine, et le Japon. Simone Wild planifie aussi la mise en place d'un magasin en ligne d'ici décembre 2018.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLingerieBusinessCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER