×
6 154
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
23 déc. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ventes privées: l'appel d'air du 26 décembre

Publié le
23 déc. 2020

Pour l’heure, la page est discrète sur le site des Galeries Lafayette. Mais le grand magasin français a pris sa décision: ses ventes privées, avec des rabais allant jusqu’à -50%, se dérouleront cette année dès le 26 décembre et jusqu’au 19 janvier.  Et le réseau Galeries Lafayette est loin d’être le seul acteur à opter pour un démarrage des opérations post-Noël dès ce samedi. Le Printemps, le concurrent historique, ainsi que la plupart des enseignes comme The Kooples ou Sandro mais aussi de nombreux magasins indépendants préparent d’ores et déjà les étiquettes promotionnelles. Et ce alors même que le gouvernement avait décidé, début décembre, un décalage des soldes du 6 au 20 janvier pour des raisons sanitaires et éviter les attroupements en magasins après la période de fêtes de fin d’année.


Les Galeries Lafayette préparent leur opération Avant-Premières du 26 décembre au 19 janvier - Capture d'écran du site des Galeries Lafayette



Mais aujourd’hui peu de voix se font entendre face à cette situation qui devrait attirer les consommateurs dans les magasins. La plupart des fédérations professionnelles préfèrent ne pas épiloguer sur ce contexte et le ministère de l’Économie reste muet sur le sujet.

Pourquoi? Car de plus en plus d’acteurs s’inquiètent de l’arrivée de la troisième vague du coronavirus… et du confinement qui pourrait l’accompagner dès janvier. Les bonnes résolutions sanitaires n’auraient donc plus cours et les magasins voudraient écouler leurs importants stocks le plus rapidement possible après Noël.

"Je comprends que les grands magasins s’engagent sur ce chemin, explique Eric Mertz, président de la Fédération nationale de l’habillement (FNH). Plus d’une cinquantaine d’enseignes ont annoncé des ventes privées. Je pense que c’est irresponsable, qu’il s’agit d’une solution économique pour eux mais nous sommes loin d'une solution sanitaire. Les rumeurs de reconfinement sont de plus en plus présentes. Je crois que l’on n’arrivera pas aux soldes. Mais je crains que l’on reconfine encore plus vite. Malheureusement, auprès du gouvernement le combat n’est plus sur les ventes privées aujourd’hui. Laissons la responsabilité de leur choix à ceux qui les font. Les consommateurs s’en souviendront".

En effet, face à des niveaux de stocks importants, de nombreuses marques et enseignes, comme le Bon Marché, Christine Laure, Sud-Express ou encore Aubert n’avaient pas attendu la date de Noël pour amorcer leurs opérations promotionnelles et sont déjà depuis plusieurs jours en "Ventes privées". Beaucoup ont joué sur des offres déconfinement fin novembre puis ont mis sur pied des opérations pour le Black Friday voire ont gardé des offres sur certaines catégories de produits.


Sud Express a amorcé ses ventes privées le 23 décembre - Visuel Sud Express


Mais le fait que les Galeries Lafayette amorcent leur plan dès samedi indique aussi l’urgence de la situation. "L’annonce a été faite mardi soir aux salariés, explique David Pereira du syndicat Sud. Il y a clairement la crainte d'un nouveau confinement. Mais cela a été assez mal vécu car avec l’accord d’activité partielle, les équipes travaillent à 75% et nous sommes donc beaucoup moins de personnel dans cette période de fêtes. D’habitude il y a des renforts d’intérimaires, mais là tous les recrutements sont gelés. Les salariés sont extrêmement fatigués. Et ils vont potentiellement partir pour un tunnel de deux mois entre les pré-soldes et les soldes".

Avec l’entrée des Galeries Lafayette dans la danse des ventes privées, nombre d’acteurs qui étaient encore en stand-by devraient suivre. En temps "normal", hors épidémie de Coivd-19, ces rendez-vous promotionnels pouvaient représenter plus de 20% de l’activité annuelle des grands magasins. Mais l’enjeu économique est clairement encore plus grand en cette fin 2020.


AFP


"Pour les grands magasins comme pour les indépendants, l’idée est de prendre tout ce qu’il y a à prendre avant un reconfinement, analyse Eric Mertz. Chez les indépendants, le déconfinement de début décembre a offert un bon rebond, mais cela s’est détérioré ensuite. Nous entrons dans la dernière semaine et ce n’est pas exceptionnel. Le début des ventes privées pourrait permettre de rattraper un peu du retard pris, mais avec une marge dégradée. Malheureusement, ce ne sont pas ces 15 jours de promotions qui vont permettre de refinancer le besoin en fonds de roulement. La question est de savoir comment financer les prochaines collections".

La FNH soumet plusieurs options, notamment la création d’un PGE saison, qui selon son dirigeant serait un type d’avance sur trésorerie et donnerait du souffle aux commerçants indépendants, mais aussi une dérogation à la loi LME qui permettrait de décaler les délais de paiement de 60 à 90 jours. Pour l’heure, ces options ne sont pas évoquées par Bercy. Et en l’état, la meilleure option pour les acteurs du secteur reste de réaliser la plus belle fin d’année possible… et d’espérer que les commerces "non essentiels" ne referment pas pour raisons sanitaires début 2021.
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com