×
Publicités
Publié le
24 oct. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Vera, l’application de dressing virtuel revendique plus de 10.000 utilisateurs actifs

Publié le
24 oct. 2022

En février 2022 Vera, l'application de dressing virtuel qui recommande trois tenues par jour, levait 8 millions d'euros auprès du fonds Perpetua Investment Group. Huit mois après ce premier tour de table la start-up revendique 10.544 utilisateurs actifs, et 148.670  articles rentrés dans l’application, avec pour record, un membre dont le dressing intelligent compte 591 pièces.


Visuel de l'application Vera - DR


Avec ces chiffres très prometteurs, Vera, qui pour rappel permet à ses utilisateurs de prendre en photo les pièces de leur penderie pour que l’application, via l’intelligence artificielle, propose des tenues en fonction de la météo, ne gagne pas encore d'argent, mais pour Nada Bargachi, la cofondatrice de Vera, la priorité n’est pas encore là. D'ailleurs, elle indique que cette première levée de fonds a d'abord servi à structurer l'activité (recrutement, locaux...) et à mettre sur le marché une version définitive de l'application, ce qui représente des développements couteux.

"Au début il faut encore affiner les algorithmes, travailler à l’acquisition clients, au trafic et le chiffre d’affaires viendra plus tard", explique la cheffe d’entreprise qui souligne que Vera est "un bijou de technologie".

"Un bijou de technologie", qui dans un futur proche devrait permettre à ses utilisateurs d’avoir accès à de nouveaux services. Ainsi plusieurs voies de monétisation sont possibles, mais la seconde main sera certainement la première mise ne place. 

"Nous pouvons par exemple identifier un vêtement qui n’a pas été porté pendant plus de 18 mois et proposer à notre client(e) de le revendre à un autre utilisateur en ayant besoin qui vit près de chez lui afin de maîtriser notre empreinte carbone", détaille Nada Bargachi qui a notamment officié chez New Look ou au sein du groupe Eram.

A ce jour en revanche les partenariats avec des marques ou des enseignes ne sont pas encore envisagés, même si Nada Bargachi affirme avoir été approchée. "Si j’ai créé Vera c’est justement car nous utilisons qu’environ 30% de notre garde-robe et que parallèlement l’industrie textile est la seconde industrie mondiale la plus polluante", explique Nada Bargachi précisant qu’un partenariat avec une marque devrait avoir du sens, et ne pas amener à une nouvelle production.

Vera dont les locaux sont installés à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine indique employer aujourd'hui une dizaine de personnes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com