×
6 217
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
18 févr. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Vers une filière de recyclage des emballages plastiques dans la mode à Paris

Publié le
18 févr. 2021

Le 11 février, l’association Paris Good Fashion a dévoilé les douze engagements de marques partenaires pour faire de Paris la capitale mondiale de la mode durable d’ici à 2024. Parmi les défis à relever figurent le recyclage des vêtements, chaussures et accessoires usagés, l’utilisation de matières plus propres ou encore l’accélération de la production en France. Mais un thème plus surprenant, porté par les citoyens, a émergé de la consultation de plus de 100.000 consommateurs à l’automne dernier: la réduction des emballages plastiques.


Trouver des alternatives à l'emballage plastique à usage unique et créer une filière de recyclage - Shutterstock


"C’est la grande surprise de cette consultation, a révélé Isabelle Lefort, cofondatrice de Paris Good Fashion. Nous ne nous attendions pas à ce qu’ils identifient les emballages comme un problème. Auparavant, les clients ne se rendaient pas compte que chaque produit était emballé dans un polybag, pour protéger le vêtement durant le transport et avant la mise en rayon. Avec le développement de l’e-commerce, ils ont certainement constaté cette pratique. Ce sujet de l’emballage était très présent dans l’agro-alimentaire, il le devient dans la mode."

Pour l’heure, plusieurs sociétés ont commencé à proposer des alternatives avec la réutilisation des emballages d’envoi ou l’utilisation de matière écoresponsable pour protéger les vêtements. Par exemple, Vestiaire Collective porte un projet avec Tekyn de nouveaux matériaux, SKFK et Picture Organic proposent les colis réutilisables de Repack. Côté français, les emballages réutilisables de Hipli ont reçu le trophée de la mode circulaire il y a quelques semaines. Et d'autres acteurs entrent progressivement sur ce marché.

Pour la filière, l’enjeu est donc de réduire l’utilisation de ces emballages plastiques à usage unique et la première option est d’utiliser d’autres solutions moins polluantes. Plusieurs enseignes commencent, comme le géant de l’outdoor américain REI,  à demander aux marques qui veulent être vendues chez eux, de s’engager dans une stratégie de réduction des polybags. Les Galeries Lafayette avancent de leur côté en sensibilisant les marques.

Mais face aux volumes mondiaux de vêtements, un autre chantier est à l’œuvre. Pour l’heure, il n’existe pas de filière de recyclage réellement constituée pour les cintres et les vêtements. Plusieurs études sont à l'œuvre dans le monde pour avancer sur ce sujet. En 2019, la structure Fashion for Good, qui implique des acteurs comme C&A, Adidas, Chanel, Bestseller, Galeries Lafayette, Kering, Otto Group, PVH, ou encore Zalando, a développé une étude sur le sujet.


L'e-commerce a rendu visible pour les consommateurs l'utilisation généralisée des polybags - Shutterstock


Concernant les emballages, "tout le monde cherche la solution miracle pour se passer du polybag en plastique mais personne n'a encore trouvé, même les pionniers, estime Damien Pellé, directeur développement durable des Galeries Lafayette. Mais il y a clairement un mouvement avec beaucoup de start-up qui se positionnent et je ne serais pas surpris de voir de belles avancées en la matière au cours des prochaines années."

La mairie de Paris entend de son côté agir sur le sujet du réemploi et du recyclage des plastiques à usage unique en mettant sur pied, avec l’appui des marques et distributeurs de Paris Good Fashion, un véritable circuit pour traiter ce sujet. De premiers engagements doivent être pris cette année.

A l’échelle mondiale, le Fashion Pact, qui réunit parmi les multinationales les plus puissantes de l’industrie de la mode et du luxe, comporte aussi un groupe de travail sur le thème de l’emballage. Avec Paris en Europe, mais aussi des travaux menés en Amérique du Nord et en Asie, des expérimentations sont amorcées dans les grandes zones de production et de consommation. L’ambition, encore non chiffrée, serait de réduire drastiquement l’utilisation des polybags et de permettre leur recyclage.

L’enjeu est de taille. La production mondiale est évaluée à plus de 100.000 milliards de vêtements chaque année, et chacun a potentiellement droit à son emballage à usage unique.

 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com