Versace revisite ses vieux classiques à New York

A l'occasion de ce qui aurait été le 72e anniversaire de Gianni, le défilé de la pré-collection d'automne de Versace a donné lieu à un festival visuel, mettant en scène certains des looks les plus emblématiques de la maison milanaise, remis au goût du jour.
 

Voir le défilé
Versace pre-fall 2019 - Womenswear - New York - Pixelformula

Organisé pour la première fois à New York, juste après l'acquisition de la marque par Michael Kors, le défilé s'est déroulé à l'intérieur de l'immeuble de l'American Stock Exchange sur Trinity Place. L'espace, très haut de plafond, servait d'écrin à un imposant podium en obsidienne polie, orné en son milieu d'une main énorme en or brandissant une torche, en hommage à la Statue de la Liberté. 

La collection, mariage de prêt-à-porter masculin et féminin, débordait de cuir verni, d'imprimés animaux et d'épingles à nourrices dorées Versace, associant avec succès des codes issus de l'héritage de la maison et une allure plus contemporaine. Les références aux plus grands succès de la maison de Gianni et Donatella se succédaient sur le podium : on a ainsi pu revoir « That Dress », portée par Elizabeth Hurley en 1994, les panoplies baroques de l'automne 1991, les couleurs bonbon du printemps 1992, les imprimés cœur du printemps 1997 et la « JLo Dress » au décolleté ultra-plongeant de l'an 2000, le tout remis au goût du jour.

Des mannequins de premier plan, comme Candice Swanepoel et Hailey Baldwin, ainsi que des stars du show printemps-été 2019 - Kaia Gerber, Gigi Hadid et Emily Ratajkowski - portaient haut les couleurs de la maison milanaise.


Voir le défilé
Versace pre-fall - automne-hiver 2019 - Womenswear - New York - Pixelformula

À la façon des cuisiniers italiens, la collection de Versace faisait la part belle à la tradition, tout en s'adaptant de manière astucieuse à un palais plus contemporain. Le défilé a donc su satisfaire tout le monde, offrant ces silhouettes qui faisaient pâlir le public d'autrefois à un public actuel avide de seconde main et d'upcycling.

Selon John Idol, PDG de Michael Kors (bientôt renommé Capri Holdings), le changement de décor du défilé témoigne du respect mutuel entre la créatrice Donatella Versace et New York, une ville qui sait apprécier sa vision éclectique. « Le changement d'emplacement du défilé est lié au désir de Donatella de montrer la collection dans un endroit différent », a-t-il déclaré à FashionNetwork.com. « Elle se sent chez elle (à New York). »

La maison Versace prévoit-elle de délocaliser d'autres défilés à l'avenir ? Selon John Idol, on assiste au début d'une nouvelle phase de nomadisme. « Versace sera sur la route », prévient-il, « vous nous verrez dans d'autres villes du monde. »

Le défilé s'est terminé sur une note énergique : Amber Valletta, ancien mannequin phare de Versace, a clôturé le show dans une robe ornée de cœurs Love Versace aux couleurs de l'arc-en-ciel, décolletée jusqu'au nombril. Après son passage, l'ensemble des mannequins a pris place sur le podium, en formation militaire ; le poing doré géant en arrière-plan.

Ce bataillon glamour est resté immobile un moment avant l'apparition de coupes de champagne et de chocolats en forme de méduse - la piste s'est alors transformée en piste de danse.

Des célébrités du premier rang, comme Winnie Harlow et Tracy Ellis Ross, se sont jointes à la fête ; Donatella est apparue comme un éclair de fumée blonde à la toute fin du défilé, avant de s'éclipser rapidement. 

« Je voulais rendre hommage à cette ville incroyable, en fusionnant l'héritage tailleur de Milan avec l'énergie de New York », a déclaré Donatella Versace dans un communiqué officiel. « Cette collection en est le résultat. »

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER