×
Publicités
Publié le
8 avr. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Vet’Affaires : les ventes chutent de 25 % en attendant le plan de continuation

Publié le
8 avr. 2016

Alors que la justice a prolongé jusqu’au 23 juillet sa période d’observation, l’enseigne annonce pour l’exercice 2015 un chiffre d’affaires de 99 millions d’euros. Un recul de 25 % par rapport à 2014, qui avait déjà été « l’année la plus difficile depuis sa création ». Ce recul est à mettre en partie sur le compte des 25 fermetures réalisées en 2015, mais pas uniquement.


Dans l’optique de générer rapidement des liquidités après son placement en redressement judiciaire le 23 juillet, l’entreprise indique avoir mené un déstockage massif. « Avec un impact consenti sur les prix unitaires et donc sur les marges, avec, pour conséquence positive, une trésorerie excédentaire de 11 millions d’euros à la clôture de l’exercice », indique la direction. Qui, en attendant de présenter un plan de continuation, retient une dépréciation exceptionnelle des stocks, ainsi qu’une intégration de tous les coûts de fermeture des magasins, actés avant la date d’arrêté des comptes.

« Je tiens à saluer toutes nos équipes qui ont su mettre à profit cette période pour analyser les causes internes et externes de notre situation, se remettre en cause, continuer à travailler d’arrache-pied pour assurer ce que j’appellerais la "survie" de l’entreprise et jeter les bases d’un plan de continuation qui sera finalisé avant l’été et soumis dans les mois qui viennent au tribunal », indique le président du directoire, Rémy Lesguer.


L’assemblée générale de Vet’Affaires se tiendra le 27 mai prochain. L’enseigne, qui compte aujourd'hui un peu plus d’une centaine de magasins, s’est construite autour d’une offre textile à bas prix, quelque 80 % des vêtements vendus étant à ce jour proposés à moins de 5 euros.

En 2013, l’entreprise a pris le pari de proposer des produits de marques, accueillant ainsi des produits Diesel, Nike, Adidas, Lee Cooper ou encore Hello Kitty. Mais, la même année, le conseil de surveillance révoquait le directeur général, André Picard, face aux mauvais résultats.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com