×

Vêtements plonge dans le noir

Publié le
today 18 janv. 2020
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Avec le départ de Demna Gvasalia, annoncé en septembre dernier, Vetements ouvre un nouveau chapitre. Privée de son créateur emblématique, la marque de prêt-à-porter streetwear haut de gamme, qui a secoué la mode ces dernières années, veut nous faire croire qu’elle a été récupérée par le fashion system, avec un défilé de stars… Qui se révèlent être des sosies, de la top-modèle Kate Moss dans une mini robe en lurex, au rappeur Snoop Dogg en passant par Uma Thurman version Pulp Fiction.


La fausse Kate Moss en "Vetements" - PixelFormula


Pour rendre le tout plus crédible, le show s’est tenu dans l’obscurité la plus totale. Histoire de garder son esprit underground et de créer le buzz, le label avait envoyé en guise d’invitation une énigmatique mini-torche. En fait, les indications pour se rendre au show ne se révélaient qu’en allumant la lampe, dans le reflet que projetait la lumière.

Le soir-dit, donc, tout ce petit monde de la mode se retrouve au fond d'un passage délabré du XIème arrondissement, à l’entrée d’un garage sombre. En entrant, s’affiche sur un mur, tout juste éclairé par une lueur blafarde, le mot Vetement fraîchement peint en grandes lettres majuscules.

Le public est guidé et placé dans une salle plongée dans le noir. Tout juste clignotent ici et là les écrans des smartphones. Avant le début du défilé, qui débute avec près d'une heure de retard, une voix féminine donne "les consignes de sécurité", consistant à allumer la torche de son propre téléphone pour pouvoir suivre le défilé.

Un show mené au pas de charge avec plus de 80 looks et un casting soigneusement choisi pour incarner les multiples facettes de la marque. Mais voilà qu’à la fin, la magie s’éclipse. La lumière s’allume, rompant totalement le mystère. Les vrais stars n’en sont pas. Et Vetements apparaît sous un nouveau jour.

L’énorme collection rassemble, en les réinterprétant, les principaux modèles qui ont fait le succès de la marque, comme les escarpins incorporés dans les collants, les robes à fleurs vintage, les cuissardes, les maxi jupes, les hoodies, etc. Mais tout semble plus sage et édulcoré, privé des volumes démesurés et du côté décalé, qui ont caractérisé le label jusqu'ici.


Vetements, automne-hiver 2020/21, le sosie de Snoop Dogg - © PixelFormula

 
Certains modèles semblent presque classiques (encore une provocation ?) comme ces petits manteaux en lainage, ces costumes, ces trenchs en cuir ou encore ces maxi doudounes, qui gardent des proportions tout à fait acceptables.
 
Tout se joue dans les détails et quelques trouvailles, surtout dans les accessoires, qui devraient rencontrer un indéniable succès. A commencer par ces maxi cuissardes en cuir pour homme, style bottes de pêcheur, ou cet autre modèle de bottes enflammées dont les pieds semblent prendre feu. Le jean avec le mot "censured" tamponné dans le haut du pantalon au niveau de la braguette ne manquera pas de séduire non plus. Tout comme ces sacs à main en cuir reproduisant à l’identique les sacs en papier kraft.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com