Victoire ouvre à Buenos Aires, avant le lancement de son e-shop

Lancé en 1962 place des Victoires à Paris, le magasin multimarque nommé d’après son emplacement a fait des petits. Avec une présence dans dix villes (la capitale, Saint-Tropez, Lyon, Lille, Megève, Biarritz, Saint-Barthélémy, Punta des Este, Malibu et depuis avril dernier Portofino), celui qui a été souvent qualifié de premier concept-store parisien s’apprête à investir l’Argentine avec une nouvelle boutique à Buenos Aires qui doit ouvrir dans les semaines à venir, portant à 18 le nombre de ses points de vente dans le monde.
 
La toute nouvelle boutique Victoire de Portofino - Victoire

« Nous ouvrons soit des magasins en propre, soit en franchise, comme à Megève, Lyon ou encore Biarritz », précise Camille Riboud, fille du PDG et propriétaire de l’enseigne Gilles Riboud (lui-même fils d’Antoine Riboud, fondateur de Danone), mais aussi chargée de la communication de Victoire et pressentie pour lui succéder. Avec des boutiques pour les femmes et les hommes, Victoire s’adresse à des clients amateurs de couleurs et de produits qu’ils ne peuvent trouver nulle part ailleurs. « Nous nous rendons à des salons comme Who’s Next, Tranoï et Man & Woman, mais aussi à des événements en Italie comme Piti Uomo et Super, et en showrooms », explique Camille Riboud.

Dans la trentaine de marques que propose Victoire au sein de chacun de ses magasins, que des exclusivités : « Si la griffe a déjà été vendue dans la ville, nous ne la prenons pas, nous voulons être les seuls à la proposer». Une recette qui a l’air de plaire puisque l’entreprise familiale affirme enregistrer une croissance de 10 % de son chiffre d’affaires en 2017 par rapport à l’année précédente. En tête, les boutiques de Saint-Tropez, même si les cinq points de vente parisiens réalisent à eux seuls 40 % des ventes de Victoire.
 
En plus de ces griffes, à majorité italiennes, Victoire développe depuis le début sa propre marque, qui porte le nom du concept-store, sous l’égide de Florence Rouanet-Riboud, épouse de Gilles Riboud et responsable du style. Des cachemires, des robes ou encore des manteaux haut de gamme qui rencontrent le succès, puisque aujourd’hui huit modèles sur dix de chemises pour homme vendus chez Victoire sont ceux estampillés au nom de la marque maison, qui contribue à hauteur de 25 % au chiffre d’affaires des 18 magasins multimarques.
 
Pour continuer de manière logique son développement, Victoire ouvrira courant janvier 2019 son e-shop : « Jusqu’ici, notre site Internet n’était qu’une vitrine, même si certaines personnes l’utilisaient pour nous faire des achats à distance en passant commande par mail. Nous n’avons pas de grandes attentes le concernant, même si nous serons ravis qu’il devienne un nouveau levier de croissance. »
 
Pour communiquer avec ses clients, Victoire a investi les canaux traditionnels (réseaux sociaux, newsletter, blog et site Internet) et privilégie les relations en direct entre consommateurs et directeurs de boutiques, ces derniers n’hésitant pas envoyer des textos ou appeler les habitués pour leur faire part des nouveautés : « Nos clients sont très fidèles parce que nous leur offrons un choix conséquent dans un magasin à taille humaine (la plus grande boutique mesure 100 mètres carrés, ndlr) tout en leur proposant un vrai service de vente. C’est l’un des éléments clés de notre stratégie ». Là réside sans doute le secret de sa longévité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - DiversDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER