×
Publicités
Publié le
4 févr. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Victoria's Secret éclaboussée par des accusations de harcèlement sexuel

Publié le
4 févr. 2020

Au cours des deux dernières années, la marque de lingerie Victoria's Secret, propriété du groupe américain L Brands, s'est empêtrée dans une série de scandales qui ont eu un effet désastreux sur sa réputation. Ces jours-ci, une enquête publiée par le New York Times lui porte un nouveau coup, en décrivant la culture de "misogynie, d'intimidation et de harcèlement" en place au sommet de l'entreprise.


Instagram @victoriassecret


Publié le 1er février, l'article du New York Times précise que cet environnement toxique a été entretenu par deux hommes en particulier : Leslie Wexner, le fondateur et directeur général de L Brands, et Ed Razek, l'ancien directeur du marketing de Victoria's Secret.

Les témoignages de plus de 30 cadres, employés, prestataires et mannequins, complétés par des pièces judiciaires et d'autres documents consultés par le quotidien new-yorkais, dressent un sinistre portrait du comportement des deux hommes.

Ed Razek, qui a quitté son rôle de directeur du marketing en août dernier - après avoir tenu des propos jugés offensants au sujet des mannequins transgenres et de grandes tailles - aurait fait l'objet de plaintes répétées pour "comportement inapproprié". Parmi les multiples témoignages, le cadre aurait tenté d'embrasser des mannequins, leur aurait demandé de s'asseoir sur ses genoux, et les aurait invitées à des dîners privés au cours desquels il leur aurait fait des avances déplacées. 

Selon les témoignages de trois personnes, Ed Razek aurait placé sa main au niveau de l'entrejambe d'un mannequin en sous-vêtements lors d'un essayage en 2018, avant de demander si les chaînes de télévision autoriseraient le mannequin star Bella Hadid à "monter sur le podium avec ces nichons parfaits". 

Selon les témoins interrogés par le New York Times, Ed Razek aurait également harcelé des employées de la société Victoria's Secret, allant même jusqu'à humilier publiquement l'une d'entre elles en raison de son poids. Juste après son départ de l'entreprise, une plainte pour harcèlement aurait été déposée par Monica Mitro, une cadre chargée des relations publiques de Victoria's Secret, selon cinq personnes interrogées par le journal américain. Résultat, le lendemain, le responsable des ressources humaines aurait annoncé à Monica Mitro sa mise en congé administratif. Dernièrement, celle-ci aurait fini par obtenir une compensation financière de la société.

Alors que les accusations se multipliaient contre le directeur du marketing, Leslie Wexner aurait été informé de la situation mais aurait refusé d'intervenir. Selon certains employés, Ed Razek aurait même bénéficié de la protection du grand patron du groupe, s'autorisant ainsi à agir à sa guise.

Le PDG et fondateur lui-même au coeur de la tourmente



Leslie Wexner lui-même a largement contribué à ternir la réputation de Victoria's Secret : il entretenait une relation amicale avec le prédateur sexuel Jeffrey Epstein. L'an dernier, alors que le scandale faisait rage, plusieurs mannequins avaient affirmé que Jeffrey Epstein - qui gérait le patrimoine d'un milliard de dollars de Leslie Wexner - s'était fait passer pour un recruteur de Victoria's Secret pour les amener à consentir à des rapports sexuels avec lui.

Dans l'enquête du New York Times, trois cadres de L Brands déclarent ainsi que Leslie Wexner aurait été averti du comportement d'Epstein au milieu des années 1990, mais que "rien ne permet de penser que M. Wexner a donné suite aux plaintes".

Depuis la semaine dernière, des rumeurs affirment que Leslie Wexner, 82 ans, envisage de se retirer de sa société et de céder, au moins en partie, la marque Victoria's Secret. 

Tammy Roberts Myers, la porte-parole du groupe L Brands, a accepté de répondre à une série de questions posées par le Times, déclarant que l'entreprise "se concentre intensément" sur sa gouvernance d'entreprise, ses conditions de travail et ses pratiques de conformité. "Nous sommes pleinement engagés dans l'amélioration de nos pratiques et en assumons la responsabilité complète", assure-t-elle dans l'article, qui précise qu'elle n'a contesté aucune des accusations.

Dans un courriel, Ed Razek dément catégoriquement les conclusions de l'enquête journalistique, qu'il juge "absolument fausses, mal interprétées ou sorties de leur contexte".

En novembre dernier, Victoria's Secret a confirmé l'annulation de son défilé annuel qui, s'il avait autrefois une portée internationale, a atteint son plus bas niveau d'audience en décembre 2018. Les ventes de Victoria's Secret ont chuté au cours des quatre derniers trimestres, et la marque en difficulté a dû fermer des dizaines de magasins au cours du dernier exercice. En août 2019, les actions de L Brands ont atteint leur plus bas niveau depuis dix ans, avant de rebondir quand les premières rumeurs du retrait de Leslie Wexner ont commencé à circuler.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com