Vilebrequin mise sur Jean-Charles de Castelbajac et sur la Chine

La marque balnéaire de luxe Vilebrequin a lancé officiellement sa collaboration pour l’été 2019 avec Jean-Charles de Castelbajac à Paris ce mois-ci, avec un événement festif le 16 avril dernier en présence du créateur et dans l’atmosphère pop qui le caractérise. Annoncée depuis plusieurs mois, cette capsule portant sur une quarantaine de modèles de maillots, prêt-à-porter et accessoires mixtes signés JCDC, avait commencé son déploiement un peu plus tôt aux Etats-Unis, premier marché et pays d'adoption de Vilebrequin depuis son rachat par le groupe G-III Apparel en 2012, avant d'être propulsée dans son pays d'origine, la France, en ce mois d'avril.


Capsule JCDC - VIlebrequin

Deux pop-up stores ont marqué ce lancement exclusif de part et d'autre de l'Atlantique : d'abord dans le concept-store new-yorkais The Webster, puis aux Galeries Lafayette Haussmann, et ce jusqu'au début de l'été. Mais ce n'est pas tout, à collaboration importante dispositif important : alors qu'elle est déjà en ligne, la capsule sera ensuite vendue chez une sélection de revendeurs et très vite dans les 200 boutiques de la marque, avec un dispositif spécial pour certaines d'entre elles.

Une dizaine de magasins Vilebrequin à travers le monde vont ainsi changer de visage pour se transformer en espace JCDC x Vilebrequin pendant plusieurs semaines, d'abord dans les grandes capitales, puis les plus grandes stations balnéaires en juin.

La rencontre entre le créateur et le dirigeant de la marque, Roland Herlory, est bien antérieure, et la collaboration illustre selon ce dernier l'esprit de la maison : « C'est un véritable artiste qui, comme nous, vibre pour la couleur, mais qui a aussi un grand sens du design et de l'utilité. Et surtout, son univers nous reconnecte complètement avec nos racines : le Saint-Tropez des années 70 », explique le patron de Vilebrequin.

Un lancement qui intervient en boutique en même temps que l'apparition d'une nouvelle catégorie de produit : le pantalon avec le spécialiste italien du denim, Giada, puisque quelques modèles légers démarrent leur commercialisation avant un grand lancement à la rentrée. « Le denim est une extension logique car le positionnement de la marque c'est l'art de vivre à la plage, et la décontraction du jeans rime avec. Nous étendons effectivement la gamme, à l'image de la femme et de la fille qui étaient également un prolongement logique, mais nous contrôlons le nombre de références. D'abord parce que nos boutiques sont souvent petites, et aussi pour ne pas diluer notre univers », explique Roland Herlory.

La plage a également inspiré une autre collaboration, plus atypique. Vilebrequin s'apprête ainsi à lancer en édition limitée et dans seulement huit de ses magasins un vélo de plage de luxe, prisé des Californiens : le "beach cruiser" a été conçu en collaboration avec le fabricant écoresponsable et artisanal Materia Bike, avec pour particularité sa structure en bois.


Le vélo de plage signé Materia Bike - Vilebrequin

Des projets spéciaux qui ne doivent pas masquer l'autre grande actualité de la griffe, portant sur son développement cette fois : l'ouverture de boutiques en Chine. Après une première adresse dans la station balnéaire de Sanya, Vilebrequin prépare une ouverture clé à Shanghai pour la fin de l'été. « L'objectif est d'en ouvrir dix à douze sous trois ans, à la fois dans les très grandes villes et dans les villes de bord de mer », détaille Roland Herlory.

Avec déjà 200 magasins dans le monde, la Chine est une des rares terres à fort potentiel encore peu investie par la marque. Son premier marché est aujourd'hui les Etats-Unis, devant la France, toujours deuxième. Dans l'Hexagone, si 2018 avait été une très bonne année, 2019 s'annonce plus compliquée selon le dirigeant de Vilebrequin, qui craint une baisse du tourisme à la suite des manifestations des Gilets Jaunes.

Mais au global, les prévisions sont toujours à la croissance à deux chiffres. « L'année a très bien démarré, sur une tendance mondiale à +20 % », affirme Roland Herlory. Pour la marque qui avait atteint les 80 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018, les 100 millions semblent ainsi apparaître en ligne de mire.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

BalnèaireLuxe - DiversBusinessCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER