×
Publicités
Publié le
27 oct. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Vinted, champion de la seconde main, avale son concurrent néerlandais United Wardrobe

Publié le
27 oct. 2020

Le champion de la vente en ligne de vêtements de seconde main, Vinted, a racheté le leader du secteur aux Pays-Bas, United Wardrobe, et entend bien continuer à bousculer l'industrie de la mode et de la fast-fashion, selon son PDG, le Néerlandais Thomas Plantenga.


Vinted


Cette acquisition "va avoir un impact sur le marché néerlandais et cette équipe va nous aider à accélérer davantage en Europe", s'est réjoui Thomas Plantenga dans un entretien avec l'AFP réalisé lundi.

Les contours financiers de ce rachat n'ont pas été divulgués. Seule précision: après intégration progressive de United Wardrobe, qui revendique 1,1 million d'utilisateurs en France et est "rentable actuellement", l'ensemble pèsera "34 millions d'acheteurs et vendeurs dans 11 pays d'Europe" dont la Lituanie, pays d'origine de Vinted, selon un communiqué publié mardi.

"Sjuul Berden, PDG de United Wardrobe, Maud Behaghel, directrice des opérations, et Thijs Slijkhuis, directeur technique, assureront des rôles de direction dans la société et contribueront à poursuivre et accélérer l'expansion de Vinted sur de nouveaux marchés", précise ce communiqué.

Auprès de l'AFP, Maud Behaghel a notamment souligné le savoir-faire de United Wardrobe en termes de "stratégie de marketing" et, si elle a expliqué que l'audience de son site est "plus jeune que celle de Vinted, souvent des filles entre 15 et 24 ans", elle s'est dit ravie que les deux entreprises partagent une "culture similaire".

Vinted, de son côté, a enregistré sur sa plateforme 1,3 milliard d'euros de transactions en 2019, et est confiant dans sa capacité à croître en 2020 malgré le Covid-19. "Le marché de la seconde main progresse, et il semble que ce soit une tendance qui change l'industrie et qui persiste. Nous en sommes ravis", a expliqué Thomas Plantenga.

Interrogé sur les inquiétudes que pouvait provoquer cette accélération chez les vendeurs de vêtements neufs, il a répondu: "Les gens sentent que l'industrie a besoin de changer, qu'elle a besoin d'être plus circulaire, et cela bénéficiera à la société."

La France au cœur de l'activité de Vinted



Selon un rapport de l'Institut français de la mode (IFM), le marché de la mode d'occasion pourrait plus que doubler d'ici trois ans et même dépasser les achats de fast-fashion d'ici à 2028.

Comme l'annonçait cette étude relayée par FashionNetwork.com (lire notre dossier dédié), la France est particulièrement adepte de la mode de seconde main, avec l'an passé 39% de consommateurs s'y étant essayés, et 48% souhaitant renforcer leurs achats dans ce domaine en 2020.

Or le confinement pourrait bien avoir accéléré le phénomène, de nombreux Français ayant tiré parti de la période pour trier dans leurs armoires. Selon le baromètre FoxIntelligence de septembre 2020, après une phase d'adaptation de l'activité à la crise sanitaire, Vinted est devenu le 4e e-commerçant préféré des Français, derrière Amazon, Fnac et Cdiscount.


Vinted



Il faut dire que Vinted règne en maître sur la mode de seconde main en France. L'an passé, sa part de marché dans l'Hexagone atteignait 56%. Ce qui, comme le relevait FashionNetwork.com en début d'année, n'empêche pas les autres marques, enseignes et pure-players de déployer leurs offres dans ce domaine (relire notre dossier). Kaporal, Zalando, Maison 123, Bocage, Sézanne, Ba&sh, Camaïeu, Îdkids et bien d'autres ont multiplié les annonces en ce sens depuis un peu plus d'un an.

Mais si Vinted capte une part importante du marché en France, le pays pèse lui-même une part importante de l'activité de Vinted. L'Hexagone concentrait l'an passé 10 des 23 millions de membres du portail, avec un volume d'affaires explosant de 230%.

"La France nous a sauvés", raconte Thomas Plantenga, qui a pris les rênes du site en 2016, alors que les ventes plafonnaient et que les coûts grimpaient. A l'époque,"nous avions dix mois de trésorerie. Le modèle ne marchait pas, et nous n’avions aucune différenciation", se souvient le dirigeant.

(avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com