×
7 080
Fashion Jobs

Vivarte officialise sa volonté de céder Chevignon à un trio d’acquéreurs mené par Royer

Publié le
today 30 oct. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Comme l’annonçait FashionNetwork.com plus tôt dans le mois, le groupe Royer est effectivement entré en négociations exclusives avec Vivarte pour reprendre Chevignon. Le groupe vendeur l'a officialisé ce 30 octobre. Mais le spécialiste historique de la distribution de chaussures Royer n’a pas formulé son projet seul, deux partenaires spécialistes du secteur mode et retail l’accompagnent : Stéphane Collaert et Thierry Le Guénic. La cession sera finalisée au premier trimestre 2019.


Collection automne-hiver 2018/19 - Chevignon


Le groupe Royer poursuit là son offensive, après avoir repris la marque de sport Hungaria en 2017 et pris une part minoritaire dans la griffe de sneakers Piola en début d’année. Thierry Le Guénic s’offre lui un nouveau défi après avoir dirigé la maison Vanessa Bruno de 2014 à 2017. Auparavant, il avait occupé le poste de CEO de Francesco Smalto de 2008 à 2014. Quant à Stéphane Collaert, il n’est pas étranger aux marques ayant appartenu à Vivarte car il évolue au sein du groupe Hopps, qui a acquis Pataugas en mai 2017. Son profil LinkedIn indique qu’il est le directeur international de Pataugas.
 
Le trio d’acquéreurs a l’intention de « donner un nouveau départ à l’enseigne française ». « Chevignon serait alors au coeur d’un projet reposant notamment sur un programme à la hauteur des enjeux de développement que la célèbre marque aux blousons en cuir doit relever », précise le communiqué.

Lancé en 1979, le label également réputé pour ses doudounes ornées d’un canard avait été acquis en 2007 par le groupe Vivarte, qui a décidé depuis deux ans de se séparer de nombreux actifs pour tenter de redresser la barre et de réduire sa dette. Deux autres offres auraient précédemment été formulées au cours de l’année, sans aboutir. Selon un syndicat, cette transaction s’accompagnerait d’un chèque émis par Vivarte, à hauteur de 5 millions d’euros. Le groupe n’a pas souhaité donner d’informations sur les termes du deal.

Ces dernières années, Chevignon a progressivement perdu de sa superbe, réduisant son réseau de boutiques et enregistrant une baisse de ses ventes. Celles-ci se sont élevées, selon Vivarte, à 24 millions d’euros en 2018, alors qu’elles avoisinaient, selon nos informations, les 32 millions d’euros en 2013. La marque emploie à ce jour 180 personnes.

Le groupe Vivarte explique qu’il tente de « recentrer et concentrer ses moyens humains et financiers pour une relance efficace et donc une croissance pérenne de ses enseignes les plus porteuses ». Selon nos informations, les actionnaires étudieraient pourtant de possibles autres cessions d’enseignes, alors que le périmètre de cinq marques devait dans un premier temps être maintenu (La Halle, Minelli, San Marina, Cosmoparis, Caroll).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com