×
5 083
Fashion Jobs
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Parinor - CDI
CDI · AULNAY-SOUS-BOIS
BA&SH
Journée de Recrutement Logistique 28 Mars 2023 à Louvres (95) - Opérateur·Trice Logisitique et Couturier·e
CDI · LOUVRES
GROUPE IKKS
Responsable SEO & Acquisition (H/F) - CDI
CDI · PARIS
GROUPE IKKS
Responsable SEO & Acquisition (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
GROUPE IKKS
Acheteur / Merchandiser Retail (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
PIAGET
Piaget - Chef de Projets CRM & Coordination Retail
CDI · PARIS
IEVA GROUP
Responsable Gestion de Production Cosmétiques et Achats
CDI · PARIS
HERMES
CDI - Responsable Atelier Sur-Mesure - John Lobb (H/F)
CDI · PARIS
GROUPE BEAUMANOIR
Contrôleur de Gestion H/F
CDI · PARIS
HERMES
CDI - Chef de Projet E-Commerce Zone Asie (H/F)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Directeur d'Atelier Haute Couture Flou H/F
CDI · PARIS
BA&SH
Coordinateur·Rice Douane Flux Import-Export F/H
CDI · LOUVRES
SINTEL RECRUTEMENT
Commercial Btob - Tissus PAP (H/F)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable d'Atelier Tailleur - PAP Luxe H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Cuir Chaussures Luxe H/F
CDI · PARIS
PVH CORP.
Senior Sales Manager (M/F/X) – Tommy Hilfiger (World of Jeans) - CDI
CDI · PARIS
PVH CORP.
Sales Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Villefontaine - CDI 35h
CDI · VILLEFONTAINE
POLENE
Business Controller - H/F
CDI · PARIS
HUGO BOSS FRANCE
Supervisor Stock - Calais H/F
CDI · COQUELLES
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Adv Confirmé - PAP Femme Haut de Gamme H/F
CDI · PARIS
ZADIG & VOLTAIRE
Responsable de Stock (H/F) - CDI - la Vallée Village
CDI · SERRIS
LOUIS VUITTON
Responsable Production PAP h
CDI · PARIS
Publié le
17 juin 2021
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Vivatech, entre retour des grands événements et ambitions européennes

Publié le
17 juin 2021

Le salon VivaTech a ouvert ses portes en grandes pompes le 16 juin. Le rendez-vous technologique lancé en 2017 est en effet devenu pour l’exécutif, qui s’y est pressé, le signe d’un retour à la normale. Après des mois d’annulations de rendez-vous professionnels, le salon parisien affichait néanmoins un visage différent, adapté à des contraintes sanitaires qui ne sont pas encore du passé.


MG/FNW


Ils étaient nombreux, mercredi matin, à aller au devant de trois contrôles de sécurité successifs, sous le soleil d’une matinée déjà caniculaire. Car il fallait montrer patte blanche, cette année, chaque visiteur devant se prévaloir d’un test négatif de moins de 48h. Une fois cette étape franchie, les visiteurs ont découvert un salon au format repensé pour s’adapter à la limite de 5.000 visiteurs. Le halle 1 de la porte de Versailles n’est ainsi occupé que pour moitié. Ce qui n’en a pas freiné l’effervescence dont VivaTech est coutumier.

"Si vous n’êtes pas contents, le vrai boss de VivaTech, c’est Emmanuel Macron", souriait le codirecteur du rendez-vous, Maurice Lévy (Publicis Groupe) pour la conférence de lancement de cette édition. Emmanuel Macron dont la visite, l’après-midi même, a attiré exposants et visiteurs vers une salle de conférence rendue trop étroite par les mesures de distanciation.

Il ne s’agira pas de la seule visite de l’exécutif sur le salon. Le ministre du Numérique Cédric O a accueilli ses homologues de l’ensemble des pays européens dans une salle dédiée, dans le cadre du projet "Scale-Up Europe" visant à accompagner l’émergence de géants européens de l’innovation. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, la ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher et le ministre délégué aux PME Alain Griset comptent également parmi les convives.

Mais les prises de parole les plus attendues sont celles de Mark Zuckerberg (Facebook), Tim Cook (Apple), Narendra Modi (Premier ministre indien). Qui, comme en écho à la pratique qui s’est massifiée depuis un an, participent au salon via vidéo-conférence. Ce qui n’est pas sans causer quelques déceptions parmi les participants. 

Des innovations dans toutes les directions



Mais la fonction première de Vivatech est d'être un espace de rencontre et de réseautage, où se retrouvent la plupart des ténors de l'écosystème français des start-up et du capital-risque. Le salon ne regroupe physiquement que 60% de ses 1.400 exposants, les structures pouvant par ailleurs échanger avec les visiteurs via la plateforme du rendez-vous. Pendant quatre jours, les visiteurs du salon pourront découvrir de multiples innovations et projets, des plus concrets aux plus étonnants.


MG/FNW


Ils pourront voir le taxi volant autonome et électrique de la start-up Ehang, ou EZ-1, le petit véhicule électrique destiné à la location et l'auto-partage de Renault. Est également présentée, Hable, une manette intelligente, connectée par Bluetooth et par la pensée, qui permet aux personnes aveugles d'interagir avec leur smartphone. Ou bien les cultures maraichères en "aéroponie" (racines plongées dans un brouillard de solution nutritive) de la start-up française Cueillette urbaine. A ceci s'ajoutent robots de surveillance ou d'accueil, transports collectifs sans chauffeur, réalité virtuelle...

Mais au-delà des stands les plus impressionnants occupant le cœur du rendez-vous, le salon compte surtout un très grand nombre de start-up triées sur le volet par les grands groupes et les régions françaises les ayant regroupées sous leurs pavillons respectifs. Dont ceux de LVMH, La Poste, Bpifrance, BNP Paribas, CCI Paris Île-de-France, Engie, ou encore le chinois Huawei qui propose dans une zone dédiée sa vision de la ville du futur. 

E-commerce, data, ressources humaines, santé, télécoms, médias.... Ces start-up offrent un panorama très large des champs d’innovation. Au risque, faute de regroupement par pôles, d’égarer les visiteurs. Ce que l’organisateur propose notamment d’éviter via divers parcours thématiques, ainsi que par un outil digital. 

L’innovation européenne, la “mère des batailles”



Le lancement du salon s’est accompagné d’une campagne lancée par l’Elysée sur les réseaux sociaux. Arguant que les 120 plus grosses start-up françaises ne sont pas “un truc de Parisiens” mais les créateurs de 160.000 emplois partout en France, l’opération vise à mettre en valeur la croissance récente des jeunes pousses, dont Emmanuel Macron avait fait son fer de lance dès 2017.


Emmanuel Macron lors de sa visite le 16 juin - VivaTech


"Le but n'est plus d'avoir 25 licornes (entreprises de la tech valant plus d'un milliard de dollars) en France en 2025", puisque cet objectif sera certainement atteint, mais d'avoir "dix géants européens de la tech valant plus de 100 milliards en 2030", explique-t-on à l'Elysée.

“Je ne céderai rien au défaitisme ambiant” a indiqué de son côté le président de la République de lors de sa visite. “N’opposons pas le secteur des start-up au reste du pays. Ce serait une catastrophe pour tous. Et ceux qui le font ont une responsabilité. Il n’y pas pas d’un côté la France des Gilets Jaunes et de l’autre la France des start-up. La réponse au sujet des inégalités ne viendra pas en freinant l’innovation. C’est faux!” 

Pour Emmanuel Macron, l’émergence de grands leaders européens de la tech est désormais “la mère des batailles”. Mentionnant le projet "Scale-Up Europe", le chef de l’exécutif estime que sont encore trop sous-estimés des avantages compétitifs de l’Europe face à ses concurrents. “Il faut maintenant, en connaissant nos forces, en étant conscients des défis, accélérer et penser encore plus grand.”

VivaTech se tient jusqu’au 20 juin, avec une dernière journée ouverte au grand public. Le Mobile World Congress de Barcelone poursuivra ensuite le mouvement de réouverture des grands salons professionnels internationaux, du 28 juin au 1er juillet dans la capitale catalane.

Avec AFP

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com

Tags :
Salons