×
5 484
Fashion Jobs
Publié le
14 juin 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Wales Bonner enchante le Pitti Uomo avec sa mode multi-horizons

Publié le
14 juin 2022

Wales Bonner a suscité l’enthousiasme mardi soir à Florence avec un défilé tout en subtilité, mêlant avec brio toutes sortes d’influences, savoir-faire, propos et réflexions. Invitée spéciale du Pitti Uomo, la créatrice britannique a transporté un bout d’Afrique au cœur de la Renaissance italienne. Mais pas seulement, s’inspirant des échanges métisses de la ville pour écrire un nouveau chapitre s’ouvrant sur de multiples horizons.


Un look Wales Bonner pour le printemps-été 2023 - Ph Giovanni Giannoni


Pour dévoiler sa collection pour homme et femme pour le printemps-été 2023, Grace Wales Bonner a choisi l’un des plus anciens palais des Médicis, le Palazzo Medici Riccardi, érigé en 1444 par Côme de Medicis, où vécu notamment Alexandre de Médicis, dit le Maure en raison de ses origines africaines, qui fut le premier duc de la république florentine.
 
La cour du palais et les parois sont entièrement tapissées de sacs en toile de jute, utilisés habituellement pour transporter les denrées alimentaires notamment en provenance de l’Afrique, récupérés et cousus entre eux par l'artiste ghanéen Ibrahim Mahama, qui signe cette installation évoquant la thématique des migrations.

"Mes inspirations ne viennent pas de la mode, mais du monde extérieur. Je puise dans le passé pour regarder et me projeter dans le futur", confie la styliste, qui pour élaborer les 36 silhouettes de cette collection, a fait appel à des artisans tout autour du monde mettant en avant leurs savoir-faire. Du Burkina Faso pour la technique de teinture dye and tie, aux brodeuses indiennes pour réaliser des robes en macramé décorées de perles, en passant par les tailleurs de Savile Row pour confectionner ses merveilleux costumes ou encore par cet artisan parisien pour réaliser un manteau jacquard en soie. Sans oublier les bijoux fabriqués au Ghana à partir de bouts de verres colorés de bouteille.
 
Tout se mêle avec harmonie pour dessiner une silhouette à la fois élégante et fluide, couture et sportive, masculine-féminine. Sa garde-robe est un modèle équilibre, où les chaussons-savates en peau zébrée ou léopard se portent avec le costume, et les sneakers Adidas, revues par Wales Bonner en version argentée, s’affichent sans complexe avec des chaussettes montantes blanches associées à de larges shorts. 
 
Grace Wales Bonner joue sur tous les tableaux avec la même facilité, passant du contemporain au chic éclectique, à l’image de ce gilet-blazer croisé ou de ce trench kaki hybride complété dans le dos par un coton blanc à fines rayures, puis au registre sportif, suivi par des pièces très artisanales, pour finir par un esprit beaucoup plus rock avec des blousons en peau de daim bleu électrique décorés de clous argentés. A noter aussi les maxi chemises en coton bleu à plastron blanc, qui font parfois penser à des boubous, ouvertes sur d’amples doubles pantalons-pagnes se superposant l’un sur l’autre. 
 

Le défilé de Wales Bonner mardi à Florence - ph Giovanni Giannoni


A 31 ans, la styliste, jamaïcaine par son père et anglaise par sa mère, sait mener sa barque. "J’ai commencé par le menswear, car c’est une mode plus structurée et cela me permettait aussi de rompre les règles. Aujourd’hui la femme à la même force que l’homme dans mes collection, souligne Grace Wales Bonner, qui fait fabriquer toutes ses pièces couture en Italie et revendique 85 clients multimarques top dans le monde, dont Sacks, Ssense ou encore le Printemps.
 
A peine diplômée de la prestigieuse école londonienne Central Saint Martins, en 2014, Grace Wales Bonner, qui dès le départ a mis en avant dans sa mode l’identité noire, se fait remarquer et sa collection de fin d'études, baptisée "Afrique", remporte le L'Oréal Professionnal Talent Awards. Sa première collection automne-hiver 2015, "Ebonics", est acclamée par la critique. Elle reçoit en 2015 le prix de meilleure jeune talent collections homme aux Fashion Awards, récompenses de la mode britannique.
 
L'année suivante, elle emporte le prix LVMH 2016 du jeune créateur. "Une récompense qui m’a permis de renforcer ma confiance en moi", explique la jeune femme très heureuse d’avoir su préserver sa liberté jusqu’ici. "J’apprécie toujours plus la liberté que j’ai et la possibilité de m’exprimer", conclut-elle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com