×
5 352
Fashion Jobs
Publié le
23 juin 2022
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Walter Van Beirendonck, LGN et Y/Project: quand la mode s'emballe

Publié le
23 juin 2022

Au deuxième jour des défilés, la Fashion Week masculine de Paris s’envole avec des présentations et shows très excitants. Les trois maisons, qui ont clôturé la journée de mercredi par exemple, Walter Van Beirendonck, LGN Louis-Gabriel Nouchi et Y/Project, ont particulièrement séduit, clamant chacune haut et fort son point de vue avec une mode plus que jamais vitale.
 

Walter Van Beirendonck, printemps-été 2023 - DR


Pour son retour en présentiel sur les podiums, Walter Van Beirendonck a sorti le grand jeu, mitonnant un vrai show-performance au théâtre de la Madeleine. Le public est chauffé à bloc dans la chaleur moite de la petite salle capitonnée de velours rouge, lorsque le rideau se lève. Sur scène, un groupe d’hommes vêtus de longue tuniques noires, le visage caché par un grand capuchon pointu. Chacun, l'un après l'autre, se voit délester de cet accoutrement de secte mystérieuse, qui s'envole dans les airs, dévoilant les créations délirantes du styliste belge.
 
Les mannequins s’affichent tour à tour en short frangé de bandelettes et grand imperméable simili sky, en total look blanc ou doré à travers une série de pièces étincelantes, taillées comme dans le fin papier craquant, qui enveloppe les chocolats. Avec ses manches importantes, parfois froufroutantes et ébouriffées de bouts de tissus, telles les ailes blanches d’un ange surgies soudain de son veston noir, notre homme a quelque chose de royal, entre super héros, gladiateur et roi Soleil, comme semble l’indiquer l’astre brillant qui pend à son cou. Une allure baroque soulignée par des souliers dorés à talon, des cols fraise et des bermudas tout en nœuds et rubans.

Un dernier tour, et puis s’en vont. Le rideau se baisse dans la surprise générale. Déjà fini ? Non! C’est juste la fin du premier acte. Soudain, d’autres mannequins aux tenues bariolées déboulent parmi les spectateurs pour monter sur scène dans une ronde effrénée. Le vestiaire se fait plus sportif et festif avec teintes vives, chaussettes montantes et grands shorts, ensembles de jogging à motifs graphiques ou chemises-foulard, tels de grands étendards colorés flottant sur l’épaule. Sans oublier les classiques combinaisons moulantes aux teintes flashy de Walter Van Beirendonck, qui couvrent les corps de la tête aux pieds.
 

LGN Louis-Gabriel Nouchi, printemps-été 2023 - DR


Chez LGN Louis-Gabriel Nouchi, la température monte encore d’un cran avec une collection particulièrement sexy et sensuelle. Pour l’été prochain, le créateur s’est en effet inspiré du livre "Les liaisons dangereuses" de  Pierre Choderlos de Laclos, en actualisant à sa manière cette histoire de trahisons et sentiments passionnés. La collection semble un arrêt sur image captant sur le vif les amants, lorsqu’ils quittent précipitamment le lieux "du crime".
 
Le tee-shirt enfilé à la va vite sur les épaules prend des allures de boléro, le long manteau blanc fait penser immanquablement au peignoir d’hôtel, un top et pantalon en maille rouge est lacéré tel un collant déchiré, de longues auréoles plus sombres sur le torse et sous les aisselles d'un maillot simulent la transpiration. Le côté rendez-vous coquin est accentué par une palette maquillage composée de blanc, de noir, de rouge et de rose presque fluo.
 
Dans un effet de trompe-l’œil, une paire de mains soulève une chemise couleur sang pour dévoiler un torse nu. Les shorts sont portés taille basse laissant voir des bodys moulants hyper échancrés. L’underwear, lancé il y a un an, et les maillots de bain introduits la saison dernière, sont omniprésents, véritables bestsellers de la marque.

Certains hommes n’ont pas eu le temps de se rhabiller. Tout juste ont-ils enfilé des dessous et leurs fines chaussettes retenues par des fixe-chaussettes, quelques-uns s’affichant aussi en porte-jarretelles. L’un d’entre eux défile même tout nu sous un long peignoir noir. Les mannequins, dont de nombreux clients de LGN, expriment chacun leur personnalité avec une belle dose de courage.
 
"Pour moi, cette collection représente un tournant, où j’assume des choix. Il y a un vrai parti pris. C’est assez radical. C’est aussi une manière de montrer nos valeurs. C’est très sincère. Nous habillons plein de gens différents, des corps, que l’on n’a l’habitude de voir sur les podiums", note en backstage le créateur, qui s’est interrogé sur la place de l’homme, son côté érotique, ses désirs.
 

Y/Project, printemps-été 2023 - DR


Changement de décor chez Y/Project, qui nous emmène dans un jardin bucolique, mais n’en reste pas moins détonant, avec des créations sculpturales et ironiques, entre drapés, ondulations et boursoufflures étranges, où les accessoires jouent les vedettes: des sacs entortillés et distordus aux bijoux importants et drôles, comme ses boucles d'oreille doigt d'honneur, en passant par les ceintures, qui partent en vrille dans tous les sens allant jusqu’à s’enrouler tel un serpent autour d’un poignet.
 
Pour ce qui est du prêt-à-porter, le créateur à succès sursollicité Glenn Martens semble avoir travaillé sous influence cette saison, mettant surtout l'accent sur le denim et les trompe l'oeil. Deux thèmes qu’il a largement abordés ces derniers mois auprès d’autres maisons. En particulier, chez le jeanneur italien Diesel, dont il est le directeur artistique, et chez Jean Paul Gaultier, dont il a dessiné la dernière collection couture.
 
Le denim est en effet omniprésent, injecté à grandes doses dans sa collection à travers différentes pièces, traitements et constructions, tout comme les effets de trompe-l’œil anatomiques introduit par le styliste dans sa collection hivernale présentée en janvier dernier, où il rendait hommage à Jean Paul Gaultier et à ses vêtements des années 1990 reproduisant des corps nus.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com