×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
23 mai 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Watches of Switzerland signe des performances records grâce au boom de la demande

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
23 mai 2022

Mercredi, le groupe Watches of Switzerland a confirmé avoir réalisé une année 2022 "record" avec un chiffre d'affaires en croissance de 40% à 1,238 milliard de livres, une tendance qui pourrait se poursuivre en 2023.


Breitling/Watches of Switzerland


Spécialisé dans les montres et la joaillerie de luxe, le groupe a publié ses résultats du quatrième trimestre et de l’année entière ainsi que le détail de ses chiffres jusqu’au 1er mai. En plus de sa chaîne éponyme, l’entreprise possède les enseignes Mappin & Webb et Goldsmiths au Royaume-Uni, Mayors et Betteridge aux États-Unis et plusieurs boutiques monomarques.

Le PDG, Brian Duffy, se réjouit de cette "année exceptionnelle pour le groupe", qui réalise "un nouvel exercice de revenus et de rentabilité records, qui vont nous permettre de poursuivre notre plan stratégique à long terme".

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, les chiffres sont "remarquables". Il est convaincu du potentiel de son entreprise en Europe, où elle vient de faire son entrée.

La demande pour les marques les plus disputées, comme Rolex, Patek Philippe et Audemars Piguet, "dépasse toujours la production et d’autres marques de montres de luxe connaissent actuellement une demande et des ventes exceptionnellement fortes. La demande pour les bijoux de luxe est aussi très positive", assure le dirigeant.

Au quatrième trimestre les revenus du groupe ont atteint 304 millions de livres (359,16 millions d’euros), contre 218 millions de livres (257,56 millions d’euros) à la même période l’an dernier. Aux États-Unis, la croissance est de 50% à 136 millions de livres (160,68 millions d’euros). Au cours du trimestre, un flagship de Watches of Switzerland a ouvert à Kenwood Towne Center, à Cincinnati (Ohio).

Au Royaume-Uni, la hausse est de 47% à 168 millions de livres (198,49 millions d’euros) et le groupe vient d’ouvrir trois boutiques monomarques : Breitling Bullring, TAG Solihull et Omega Meadowhall.

Comme indiqué auparavant, les revenus annuels du groupe ont bondi de 40% à 1,238 milliard de livres (1,46 milliard d’euros). Aux États-Unis, les ventes gagnent 48% à 428 millions de livres (505,66 millions d’euros), contre +36% et 810 millions de livres (956,98 millions d’euros) au Royaume-Uni.

Par catégorie, les ventes annuelles de montres de luxe ont progressé de 36% en 2022. Celles de joaillerie de luxe, elles, explosent avec +86%, "en raison d’un marché solide, d’une amélioration continuelle de notre sélection, d’une croissance tirée de l’acquisition de Betteridge et de notre première boutique monomarque Bulgari".

Du côté du e-commerce, les ventes annuelles sont en hausse de 5% par rapport à 2021, l’année de consécration du e-commerce en raison de la fermeture des boutiques physiques. Par rapport à 2020, la progression est de 128%.

Pour l’année 2022, l’Ebitda avant IFRS 16 devrait se situer entre 160 et 164 millions de livres (189,03 et 193,76 millions d’euros), contre 105 millions de livres (124,05 millions d’euros) en 2021.

Sans surprise, le groupe aborde l’année 2023 avec "le vent en poupe" et anticipe que les difficultés causées par la pandémie “sont maintenant en grande partie derrière nous, avec une reprise du trafic en boutique et dans les aéroports. Le groupe table sur des revenus 2023 compris entre 1,45 et 1,5 milliard de livres (1,71 et 1,77 milliard d’euros).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com