We are Knitters mise sur les collaborations pour grandir

Depuis 2011, l’entreprise espagnole We are Knitters ne cesse de s’agrandir. Partie d’une idée d’Alberto Bravo et Pepita Marin, qui dans le métro de New York remarquent des filles super branchées en train de tricoter, la marque affirme avoir atteint le million d’euros de chiffre d’affaires en 2014 et affiche une croissance de 40 % annuelle minimum. Pour 2018, les deux entrepreneurs espèrent arriver à 10 millions d’euros de ventes. Leur credo : vendre des kits de tricot comprenant des patrons de pièces classés par niveau (il y en a quatre), des aiguilles en bois, une pelote de laine et un mode d’emploi détaillé. Et pour se faire connaître partout dans le monde, la marque n’hésite pas à miser sur les collaborations.


Un des cardigans réalisé à partir d'un kit We are Knitters - We are Knitters

« Il y a sept ans, nous ne proposions que six modèles, tous pour débutants, comme nous, qui commencions dans le milieu. Aujourd’hui, nous avons des écharpes, des cols, des cardigans, des plaids, des ponchos… Nous vendons 120 000 kits par an dans le monde entier et pour 2018, nous espérons en écouler 160 000 », explique Pepita Marin. Pour fédérer une communauté autour de cette entreprise, We are Knitters a décidé de s’adjoindre une équipe d’influenceuses qui, dans leur pays, agrègent les adeptes du tricot autour d’elles. Résultat : sur Instagram, le hashtag We are Knitters revient plus de 150 000 fois.
 
Ainsi, l’actrice Krysten Ritter s’est prêtée au jeu aux Etats-Unis, avec une collaboration de kits exclusifs. En France, c’est Marion Gruber, la blogueuse qui se cache derrière Fringe & Frange, qui présentera prochainement sa collection de modèles pour We are Knitters.
 
L’entreprise travaille aussi avec des marques, comme Balzac Paris, Œufs et Birchbox. La prochaine sur la liste est Anthropologie, l’enseigne qui détient des centaines de boutiques sur le sol américain. Ensemble, les deux sociétés proposeront quatre kits, deux bonnets, une écharpe et un col, qui seront distribués dans les magasins à Londres, en Allemagne, aux Etats-Unis et sur Internet. Un choix stratégique puisque le pays d’origine d’Anthropologie est le premier marché de We are Knitters, qui y réalise près de 35 % de son chiffre d’affaires, suivi par la France (25 %) et l’Allemagne (20 %).
 
L'un des bonnets de la collaboration We are Knitters x Anthropologie - We are Knitters

Par la suite, We are Knitters aimerait élargir sa communauté dans les pays nordiques avant de, pourquoi pas, ouvrir des magasins où organiser des ateliers entre adeptes du tricot afin de compléter l’expérience en ligne. En gardant en tête l’accomplissement rêvé d’Alberto Bravo et Pepita Marin : vendre également des produits déjà tricotés, sans pour autant dénaturer le concept do it yourself qui a fait la renommée de We are Knitters. Un nouveau pari à relever.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusinessCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER