×
Publicités

We Are Knitters ouvrira un premier pop-up à Paris pour les fêtes

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
today 21 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’entreprise espagnole We Are Knitters prend ses quartiers à Paris. En décembre prochain, la marque spécialiste de la pelote et des kits de tricot va s’aventurer pour la première fois sur le terrain de la vente physique avec une boutique éphémère dans le Marais à partir du 3 décembre prochain. Elle sera ouverte pendant trois semaines, soit jusqu’au 23 décembre. Situé au 5 rue des Blancs Manteaux, cet espace de 55 mètres carrés accueillera des événements et des ateliers quotidiens.


We are Knitters


Pourquoi le choix de Paris pour faire ses premiers pas dans le monde réel ? « La France fait partie de nos trois principaux. Notre première option, c’était les États-Unis, à New York. Mais pour une entreprise espagnole, c’est compliqué sur le plan légal. C’est pourquoi nous avons décidé de tenter l’expérience plus près de chez nous », explique Alberto Bravo, cofondateur de We Are Knitters.

Le choix de la période n'est pas non plus anodin. La période d’activité la plus intense va de novembre à décembre selon le dirigeant : c’est la « saison des cadeaux ». Mais pour éviter une trop grande saisonnalité, ils ont aussi sorti des mailles plus estivales comme le coton.

Alberto Bravo et Pepita Marin ont commencé l’aventure de We Are Knitters en 2011, en s’inspirant d’une poignée de tricoteuses branchées que l’on rencontrait dans le métro de New York. Convaincus du potentiel des activités manuelles, ils ne se sont pas trompés : au cours de l’exercice allant d’avril 2018 à mars 2019, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros, selon les informations données par Alberto Bravo. Pour 2020, ils tablent sur des ventes comprises entre 12 et 13 millions d’euros.

Aujourd’hui, le marché espagnol représente seulement 5 % des ventes de We Are Knitters. Son plus gros marché se situe aux États-Unis, suivis de la France et de l’Allemagne.
 
« En Allemagne, on apprend aux enfants à tricoter quand ils sont encore à l’école. Il y a une tradition plus importante et une culture du tricot. En Espagne, nous avons du mal à réaliser que la qualité a un prix. Mais c’est en train de changer avec les nouvelles générations », souligne Alberto Bravo, qui précise que la marque vient d'être lancée dans les pays nordiques et au Japon, des marchés à fort potentiel selon lui.


We are Knitters


Les réseaux sociaux sont « essentiels » pour We Are Knitters, comme le souligne Alberto Bravo. Sur Facebook, ils comptent déjà plus d’un demi-million d’abonnés. Sur Instagram, ils se rapprochent de ce chiffre.

« Beaucoup de gens pensent que tricoter est une activité à pratiquer en solo à la maison », note Alberto Bravo, qui n’est absolument pas d’accord avec ce préjugé. C’est pourquoi la marque met en place des « apéros tricot » dans plusieurs pays, où les passionnés se réunissent autour de produits de la marque, échangent des expériences et obtiennent même des réductions.

Car selon lui, le tricot est accessible à tous : « Nous ne savions pas tricoter. Nous avons appris sur YouTube. Si nous avons pu le faire, les autres en sont capables aussi », assure-t-il, fier de pouvoir maintenant fabriquer ses propres écharpes et snoods.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com