×
Publicités
Publié le
12 oct. 2022
Temps de lecture
7 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Wethenew: les 100 millions d'euros de ventes dans le viseur

Publié le
12 oct. 2022

Ce 7 octobre, Wethenew amorçait, avec la page You Tube Booska-P, l'émission Just Drip. Pour la plateforme française, devenue une référence de la revente de sneakers, ce format mensuel, présenté par Sarah Harouri, plonge dans culture sneakers et streetwear. Un pas de plus pour Wethenew, pour sa visibilité dans cet univers en plein essor.


We The New a créé un programme avec Booska-P - DR


"Nous avons lancé Wethenew, avec l'intuition très forte que les sneakers n'étaient pas réservées aux passionnés, explique David Benhaïm, cofondateur de la plateforme. Plus qu'un produit, pour nous c'était une culture et un univers qui pouvaient intéresser beaucoup de monde si on leur apportait un petit peu de contexte et d'informations. Notre volonté est toujours de proposer des produits mais de présenter un contenu qui permettait d'informer les néophytes, au-delà d'un joli produit sur Instagram".

Une approche qui s'est traduite par une forte présence sur les réseaux sociaux, un média dédié sur le net baptisé Blueprint. En cette rentrée 2022, Wethenew prend donc une ampleur supplémentaire qui se traduit par cette émission ambitieuse et même une campagne d'affichage dans le métro parisien.

La jeune entreprise continue sa croissance accélérée



Il y a moins d'un an et demi, la plateforme levait 10 millions en Série A auprès de Singular, de l'ancien dirigeant de Vestiaire Collective Christian Jorge et du basketteur français Frank Ntilikina. De quoi financer la prise de vitesse de la jeune société spécialiste de la revente de sneakers, fondée en 2018 par David Benhaim et Michael Holzmann.


Michael Holzmann et David Benhaïm, les cofondateurs de We The New - We The New



Et Wethenew franchit les étapes à grande vitesse. En quelques mois, l'entreprise a quitté ses locaux trop exigus pour investir de spacieux locaux avenue de l'Opéra en plein coeur de Paris. Là, les fondateurs bénéficient de grands espaces pour installer leur propre studio photo et vidéo, mais surtout engager une campagne importante de renforcement des équipes techniques, commerciales, design, service après-vente et administrative.

En prime, la start-up a arrêté de préparer ses cartons dans ses locaux... La logistique a pris son envol dans un entrepôt dédié de plus de 800 mètres carrés en région parisienne, au nord-est de la capitale. Résultats en moins de deux ans, elle est passé d'une cinquantaine à plus de 130 salariés.

"Depuis deux ans, nous multiplions notre chiffre d'affaires par deux. Nous avons une croissance extrêmement soutenue, explique Michael Holzmann. En 2021, nous avons réalisé quelques dizaines de millions de chiffre d'affaires. Et en 2022, nous devrions passer la barre des 100 millions d'euros, avec près d'un demi million de commandes cette année. Et cela grandit très vite aussi à l'international, qui représentait 8% l'an passé et devrait peser 25% des ventes cette année".

En passant ce cap des 100 millions d'euros, la société vient jouer dans la cour des acteurs majeurs de la sneakers. A titre indicatif, Courir, leader du marché sur le neuf, cible les 600 millions d'euros cette année.

Structuration des équipes



Sur son créneau, la plateforme française, qui propose la revente de produit de collection jamais portés et de la seconde main, fait face à la concurrence d'acteurs français, comme Kikikickz et Limited Resell, OP2.0, mais surtout internationaux avec StockX, Goat ou Stadium Goods. Pour se démarquer, la plateforme a donc misé sur une approche liée à un contenu fort qui semble lui réussir et lui apporte une croissance express... qui nécessite une grande capacité d'adaptation. Car grandir et multiplier les embauches implique de mettre en place quelques garde-fous. En interne cela passe par une structuration des équipes.

"Nous avons recruté des profils expérimentés pour nous accompagner dans les prochaines années, de préparer au mieux une croissance assez rapide, explique Michael Holzmann. Donc dans chaque fonction clé nous avons pris des spécialistes qui ont plus d'expérience que nous et surtout qui ont déjà vécu dans d'autres entreprises ce que nous sommes en train de vivre et qui nous attend. On l'a fait sur plusieurs postes majeurs. Et nous allons encore recruter sur plusieurs postes assez stratégiques sur la marque et le produit, par exemple".

Challenge majeur pour l'entreprise: grandir tout en conservant la proximité qui lui a permis d'attirer clients et, surtout revendeurs. La société a donc recruté une équipe de développeurs techniques pour lui permettre d'automatiser une partie des opérations qui étaient auparavant manuelles.

"La tec est devenue beaucoup plus centrale, observe David Benhaim. Avec le développement de l'activité, notamment durant la période de Covid, il a fallu automatiser plusieurs opérations. Mais nous voulions garder la promesse initiale qui était de proposer la meilleure expérience pour les clients mais aussi pour les vendeurs. Notre grosse fierté, c’est que je pense qu'on apporte un service encore meilleur alors qu'on le fait à une beaucoup plus grande échelle. Avant nous étions à quelques centaines de paires de sneakers traitées chaque jour, aujourd'hui c'est plus d'un millier. Auparavant, les interactions étaient par des conversations avec chaque vendeur alors qu'à présent nous avons créé une plateforme qui leur est dédiée. La plupart des vendeurs viennent lister leurs produits dessus. Mais nous avons conserver une plateforme d'acheteurs qui échange aussi avec eux si besoin".

Les deux fondateurs font de ce relationnel le socle de leur réussite et de leur développement. Ce focus sur le service, pour les clients et les vendeurs, est aussi un atout pour les attirer et les fidéliser. Pour les vendeurs, les plus importants qui proposent des dizaines de modèles chaque mois, une équipe est même dédiée. Dans cette idée, à la fin 2021 Wethenew a ouvert l'Annexe au coeur de Paris pour permettre aux vendeurs d'Ile-de-France de déposer leurs produits.

L'Annexe: un lieu pour attirer les meilleurs vendeurs 



"Quand on a commencé avec David, nous allions récupérer des paires dans Paris, puis les gens nous appelaient pour les déposer dans les anciens bureaux, détaille Michael Holzmann. On était en relation directe autour des produits. Cela nous pesait de ne pas pouvoir proposer cette relation, c'est pour cela qu'on a créé l'Annexe. C'est une relation avec eux, mais aussi un service qui leur permet d'être payés plus rapidement. Et c'est très important pour eux, d'avoir l'argent le plus vite possible". La plateforme compte quelque 40.000 vendeurs et tente de séduire de nouveaux revendeurs en France et sur de nouveaux marchés.

L'expérience concluante de l'Annexe pourrait être dupliquée dans d'autres villes d'Europe. Car la société sait qu'attirer les meilleurs vendeurs, lui permet d'attirer aussi les acheteurs. Côtés clients finaux, l'entreprise explique avoir voulu réduire ses délais de livraison, mais aussi élargir ses propositions. Ainsi, avec son approche assez grand public, Wethenew propose les modèles de collaborations les plus pointus mais vend aussi beaucoup de pieds plus grand public.

La plateforme fait d'ailleurs entrer des marques au-delà des Nike, Jordan et Yeezy qui sont clés sur le marché de la revente. "Les collaborations entre les marques de sneakers et le luxe ou des artistes, comme Travis Scott par exemple, sont vraiment plébiscitées. Mais nous sommes totalement ouverts à l'entrée de nouvelles marques. New Balance fonctionne actuellement très bien car ils ont commencé à faire un travail sur le lifestyle intéressant avec notamment Aimé Leon Dore, explique David Benhaïm. Une marque rentre dans notre giron et elle commence à nous être proposée par les vendeurs quand elle propose de premières éditions limitées. Ces marques vont rentrer dans le catalogue de manière assez naturelle. Et ce n'est pas forcément de la sneakers, Crocs a aussi engagé cela et l'un des best-sellers de l'été c'était les Yeezy Slides (des sabots stylisés, ndlr). Alors certes, c'est des Adidas, certes c'est Yeezy, mais c'est pas des sneakers. Je pense que le marché évolue pour les passionnés. Et qu'il faut aussi devenir un peu agnostique du mot Sneakers et proposé ces produits en éditions limitées qui sont très demandés".

Avec cette approche plus centrée sur la cutlure streetwear que seulement sneakers, Wethenew avance dans le textile, notamment avec sa marque propre, pour laquelle elle fait monter en puissance les catégories proposées, notamment en s'ouvrant récemment au denim. Elle entend aussi, à l'instar de l'acteur américain Kith, développer les collaborations avec les marques qui résonnent dans son univers, comme l'an passé avec Champion. Une nouvelle collaboration est en préparation pour le début 2023.

En 2023, l'équipe de Wethenew veut continuer sa marche en avant. Les fondateurs ne cachent pas l'ambition de déployer leur modèle au niveau européen et d'atteindre le milliard d'euros de volume d'affaires dans les prochaines années. Un objectif ambitieux pour lequel la société devra potentiellement faire appel à des investisseurs.

"Si on veut atteindre cette barre symbolique du milliard d'euros de volume d'affaires, je pense que l'international devra peser entre 40% et 50% de notre activité, appuie Michael Hollzmann.  On peut le faire sur le long terme ou bien accélérer les chantiers que l'on a lancés depuis 18 mois et qui apportent de très bons résultats. On a construit une marque très forte en France et on croit à son potentiel à l'export. Nos investisseurs sont très satisfaits, mais maintenant les conditions de financement ont évolué depuis quelques mois et la hausse des taux d'intérêts. Notre avantage c'est que, même si nous avons grandi, nous gardons la capacité d'adaptation d'une start-up".

Et pour atteindre leurs nouveaux objectifs, les fondateurs envisagent de lever prochainement une vingtaine de millions d'euros.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com