×
7 078
Fashion Jobs

Who's Next a fait le plein de nouveaux talents

Publié le
today 27 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La nouvelle édition du salon Who's Next avait lieu du 6 au 10 septembre dernier au Palais des Expositions de la Porte de Versailles. Grande messe parisienne du "business to business" de l'industrie de la mode, l'événement était aussi l'occasion pour de plus jeunes marques de se faire connaître et séduire acheteurs, journalistes, et potentiels nouveaux clients.

Igwe

Comprendre "Innovation Goes With Environment" pour la jeune marque de Samuel Baruch. Formé au design de la chaussure chez Puma puis chez Veja, le jeune homme part du postulat qu'il est possible de faire de la sneaker de mode en alliant créativité et respect de l'environnement. Naît alors Igwe, dont l'acronyme reflète la volonté de la marque de se situer sur un créneau haut de gamme en étant éco-responsable et sans jamais perdre son originalité.


Le modèle Specimen beige de la marque Igwe - © Igwe


Lancé fin 2018, la première basket d'Igwe intitulée "Specimen" voit le jour grâce à une campagne de financement participative sur Ulule. Son design s'inspire directement de l'architecture urbaine et est disponible en trois coloris (blanc, beige, noir). La marque a également fait de l'éco-responsabilité son cheval de bataille. Les matériaux utilisés proviennent d'une démarche éthique et les baskets, assemblées au Portugal, sont acheminées en France grâce à la société de transport PimPamPost qui optimise les espaces inutilisés des transports en commun comme l'autocar. Les sneakers sont également entièrement recyclables par la marque elle-même.

Igwe est pour l'instant distribuée auprès de cinq concept-stores à Paris (Jean-Louis La Nuit, Oscar, Philippe Périssé, Front de Mode, Agogo Gang) et chez Grands Ensemble à Montpellier (compter entre 265 et 295 euros). Samuel Baruch prévoit déjà de créer trois nouveaux modèles de sneakers d'ici à 2020 et vient d'ouvrir une levée de fonds permettant à des particuliers d'investir dans la marque. 

Le Chapoté

L'idée était simple : comment palier au manque de qualité et de créativité d'un accessoire souvent mal considéré ? Guillaume Chopin et Clémence Ythier ont trouvé la solution en lançant Le Chapoté en décembre dernier. "Je portais toujours des vieilles casquettes avec un logo Renault ou Ricard quand j'étais plus jeune avec mes frères" explique Guillaume Chopin, "du coup on s'est demandé avec Clémence comment créer un accessoire de qualité sans lésiner sur le design". Le Chapoté voit alors le jour et quelques mois plus tard, la marque commence à proposer ses premiers modèles.


La collection d'été de la marque Le Chapoté - © Le Chapoté


Le duo chine lui-même ses tissus en France et propose une première collection mixte en édition limitée assemblée dans l'atelier d'un chapelier parisien en respectant la tradition et le savoir-faire français. S'il faut compter 129 euros pour l'un de ces modèles, Le Chapoté propose également une gamme plus abordable à 49 euros l'unité, avec des modèles assemblés en Europe de l'Est. Si elle a fait ses débuts sur les marchés de l'île de Ré l'été dernier, la marque parisienne commence à obtenir une belle visibilité. Elle avait notamment été sélectionnée pour participer à la Suite Cadeaux DPA des Pré-Césars 2018 en février dernier.

Aujourd'hui Le Chapoté est distribué via son site internet, deux concept-stores parisiens et l'hôtel Le Bristol Paris dans le VIIIème arrondissement. Clémence et Guillaume ont d'ores et déjà travaillé sur la collection d'hiver qui devrait sortir d'ici à début novembre. Le duo espère également lancer sous peu une collection pour enfants et obtenir plus de visibilité en sponsorisant divers événements sportifs comme la course Le Mans Classic.

Umoja

Valoriser et sauvegarder les savoir-faire africains : telle était l'ambition de Dieuveil Ngoubou et Lancine Koulibaly lorsqu'ils étaient étudiants à Brest. Les comparses parcourent alors l'Afrique pour dénicher des matières et des tissages issus de traditions locales. "En Afrique, il y a aujourd'hui surtout des tissus imprimés qui prennent tout le marché, et les expertises traditionnelles sont en train de se perdre, expliquent-ils. Nous voulions pouvoir leur donner l'opportunité de perdurer".


Les sneakers Umoja - Umoja


Ils décident donc de créer Umoja, qui signifie Unité en kiswahili. Leur projet est incubé au Technopôle de Brest. Un projet qui s'est concrétisé en 2017 avec cette marque de sneakers qui utilise différents tissus venus de Côte d’Ivoire, du Sénégal, d'Ouganda, du Burkina Faso et du Mali, où ils sont confectionnés par des coopératives. Une approche qui a pu être portée grâce au financement participatif.

Les tissus sont ensuite envoyés au Portugal, pour la production des chaussures à Felgueiras à proximité de Porto. Umoja propose ainsi six modèles en Gangla Pelga, Godé ou encore Manjak entre 109 et 149 euros. Le label, qui fait parti du collectif de marques responsables Une autre mode est possible, revendique une distribution en France mais aussi au Japon et aux Etats-Unis.

Nago

"Of course we're green. It's 2019". C'est avec cette signature que la marque polonaise Nago présente son concept. Né en 2018 seulement, ce label féminin marie une image très mode, un vestiaire casual nineties épuré et délicat servi par des codes visuels soignés, et un manifeste écologique. Matières durables (coton biologique, viscose recyclée, boutons en bois de coco, zips réutilisés...) et production locale sont la base de l'engagement de la jeune marque polonaise, qui est par ailleurs en train de faire des recherches sur de nouvelles matières, vegan notamment. 


Collection automne 2019 - Nago


Entre prêt-à-porter casual et sous-vêtements, la gamme décline ses bodys, t-shirts, robes esprit nuisette et mailles fines dans des coloris doux et naturels obtenus par teinture écologique.

La marque a été fondée par quatre acteurs de la mode polonaise en quête d'une nouvelle approche : Jasiek Stasz et Julia Turewicz, fondateurs de la plateforme Showroom à Varsovie, Areta Szpura, qui avait déjà co-créé la marque de streetwear féminin Local Heroes, et Ania Pieta, co-initiatrice du salon de mode polonais Hush. Une équipe habile qui a déjà commercialisé quatre collections en ligne et voit aujourd'hui plus loin que les frontières polonaises.

Sur le salon Who's Next, référencée parmi les marques "engagées" de l'univers Impact, la marque Nago se présentait ainsi aux concept-stores, aux grands magasins et à d'éventuels distributeurs qui leur permette de décrocher une distribution physique européenne. Et d'annoncer à cette occasion le lancement prochain des premières pièces masculines.



 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com