×
7 115
Fashion Jobs

Xavier Niel: "la France est un pays merveilleux pour créer une entreprise"

Par
AFP
Publié le
today 22 oct. 2014
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Contrairement aux clichés, le patron d'Iliad, Xavier Niel, trouve que "la France est un pays merveilleux" pour créer une entreprise, dans un entretien accordé ce mercredi à l'AFP, peu avant la pose par François Hollande de la première pierre de la nouvelle Halle Freyssinet, qui doit devenir en 2016 le plus grand incubateur de start-up au monde.


AFP: Quelle est la particularité de ce futur incubateur, présenté comme le plus grand du monde?

Xavier Niel: "On va mettre 3.000 jeunes et 1.000 start-up ici, ça n'existe nulle part ailleurs. On intègrera énormément de services administratifs comme La Poste, des banques, plusieurs restaurants ouverts 24h/24. On a visité avec l'architecte Jean-Michel Wilmotte tous les incubateurs parisiens et puis on a aussi eu des gens qui sont allés voir des incubateurs dans le monde entier. On a essayé de prendre toutes les bonnes idées. Il y aura par exemple un auditorium de 500 places, une première pour un incubateur. De manière permanente, les jeunes auront ainsi un écran pour une présentation à la Steve Jobs. On créé des tonnes de choses comme ça pour leur faire envie et leur donner envie de venir créer leur boîte."

AFP: Est-ce la responsabilité des entrepreneurs de créer ce type de structure?

XN: "Aujourd'hui, on a un Etat qui n'a plus d'argent, et je pense que la société civile est capable de créer et d'inventer des choses différentes qui permettent de faire avancer cet écosystème. C'est le travail de gens qui ont réussi dans ce pays. Tous les entrepreneurs du numérique qui ont gagné de l'argent en France contribuent à cette émergence comme Marc Simoncini (Meetic, ndlr), Jacques-Antoine Granjon (Vente-privée.com), Pierre Kosciusko-Morizet (Price Minister) et bien d'autres. J'ai eu la chance de gagner beaucoup d'argent, et de l'utiliser à chercher de faire de grandes choses sans chercher de rentabilité. Je pense qu'il est mieux utilisé à faire ça qu'à acheter le plus beau yacht du monde. Si on veut vraiment changer les choses dans ce pays, avoir un impact, il faut faire les choses en grand."

AFP: Votre initiative est-elle une tentative afin de garder les nombreuses start-up qui finissent par quitter la France à partir d'un certain stade de développement?

XN: "Moi, d'abord j'adore ce pays. Je pense que c'est le plus merveilleux pour créer une entreprise. C'est parce que j'ai investi dans des entreprises du monde entier que je le sais, pas parce que c'est là où j'ai réussi. Bien sûr, le système français n'est pas parfait, vous avez seulement une entreprise dans le CAC 40 qui a moins de 30 ans (d'existence, ndlr) quand c'est 50% dans les autres pays. Il y a besoin de ce renouvellement des élites, ne serait-ce que pour permettre à la société de tenir. Pourtant l'environnement fiscal pour le créateur d'entreprise est bon. C'est vrai que ça peut paraître bizarre mais je paie moins d'impôt sur les plus-values en France que n'en paient mes amis qui ont réussi aux Etats-Unis. Vous avez en plus les meilleurs ingénieurs qui sont ici, donc je pense qu'on est capable également de faire en sorte d'avoir les meilleurs créateurs d'entreprise. Et ils ne partiront pas à l'étranger s'ils se sentent bien ici. Ils le font pour l'instant parce qu'il y a le +French-Bashing+ mais c'est une erreur, la France est un pays merveilleux pour créer une entreprise."

Propos recueillis par Septime Meunier

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.