×
Publicités
Publié le
6 oct. 2021
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Zadig & Voltaire vise les 550 millions d'euros en 2025

Publié le
6 oct. 2021

Zadig et Voltaire a tracé son plan de route pour 2025. Et son pilote, Rémy Baume, directeur général de la marque depuis début 2020, a précisé ce 6 octobre les détails de celui-ci au siège parisien de la société fondée par l'actionnaire majoritaire Thierry Gillier. Par le passé assez discret concernant ses résultats et ambitions, la société, dont le fonds Peninsula est devenu actionnaire minoritaire l'an dernier, a livré nombre d'éléments stratégiques.


Rémy Baume, dans l'Hôtel particulier de Zadig et Voltaire à Paris, le 6 octobre - FNW



"Nous avions envie de partager des bonnes nouvelles dans le cadre de notre plan stratégique 2025. La marque accélère et pivote", déclare le dirigeant, qui, en se félicitant de la dynamique de Zadig & Voltaire, glissait que la société a toujours délivré une rentabilité même au coeur de la crise.

S'il n'est pas allé jusqu'à détailler le taux de marge nette, le dirigeant a donc précisé que le volume d'affaires sur son exercice 2020-21 clos fin juillet se montait à 359 millions d'euros. C'est légèrement mieux que l'année précédente, durant laquelle la société avait quasiment maintenu ses ventes à 350 millions d'euros. Dans ses comptes, son chiffre d'affaires consolidé s'est monté à 292 millions d'euros. Et l'ambition du groupe pour l'exercice 2024-25 est d'atteindre 550 millions d'euros. Soit une hausse de plus de 88% en quatre ans.

Pour valider cet objectif, Rémy Baume a mis en avant les piliers de son projet. Pour le dirigeant, le positionnement de la marque et son identité, revendiquant une liberté d'esprit, doivent lui permettre de continuer de séduire sa première clientèle âgé entre 35 et 55 ans, mais aussi conquérir de plus en plus de jeunes entre 15 et 25 ans. Et l'approche pour se démarquer, entretenant l'idée de luxe décontracté chère à Thierry Gillier, peut surprendre.


Silhouette Zadig & Voltaire Automne - Hiver 2021 - Zadig & Voltaire



"Nous ne nous définissons pas comme une marque ou un projet de mode. Nous sommes des spécialistes des produits stylistiques. A partir d'une pièce, une femme ou un homme a la liberté de composer son propre style. Notre offre va se construire avec 50% de produits stylistiques, comme nos cuirs froissés, les robes à dentelles, les cachemires... Et 50% de pièces d'allure qui complètent un look. Que ce soit la gen Z ou les millennials, ils recherchent tous plus de fluidité. Pouvoir basculer du travail à la soirée juste en changeant une pièce. Et cela s'est renforcé avec l'injection du streetwear dans le luxe et pour beaucoup de monde, le télétravail. Le luxe décontracté est une tendance de fond. Et actuellement nous constatons que nous sommes en adéquation avec beaucoup de tendances".

Renforcer le digital et le service



Cet atout, le dirigeant compte l'exploiter sur plusieurs plans. Tout d'abord, Zadig & Voltaire veut encore renforcer sa structure digitale. Alors que son site est actuellement en refonte progressive, la marque revendique avoir atteint 21% de chiffre d'affaires en digital (contre 64% de ventes en magasin,15% de ventes en gros), avec notamment la montée en puissance de la vente assistée par digital en magasin qui représente 3% du total de ses ventes.


Boutique de Kings Cross à Londres - Zadig & Voltaire



Entre son exercice 2019 et son exercice 2021, ses ventes sont ainsi passées de 31 à 61 millions d'euros. Surtout, la marque estime que 41% de ses clients ont un contact digital à un moment ou un autre de leur parcours d'achat. Si bien qu'à horizon 2025, elle table sur des ventes représentant 30% de son activité, soit plus de 160 millions d'euros. Pour valider cette accélération, la marque entend déployer des solutions qu'elle identifie comme "no canal", qui consistent essentiellement à renforcer les solutions de services en physique comme en digital, notamment pour un service après-vente qui serait aussi un point de contact pour de nouvelles propositions aux clients. "Nous avons une approche prospective à travers les showrunning".


Oeuvre exposée dans la boutique de Broome Street à New York - Zadig & Voltaire



Pour autant, la société n'en délaisse pas le commerce physique. Comptant actuellement quelque 400 points de vente à l'enseigne dans le monde, elle annonce vouloir maintenir la part de son son chiffre d'affaires réalisé en retail à 60%. Aujourd'hui la marque revendique 30% de ses ventes en France, 30% sur le reste de l'Europe 25% en Amériques et 15% en Asie. Et si la France et l'Espagne semblent des marchés matures, Rémy Baume souligne que la marque possède encore des terrains de conquête dans nombre de villes européennes et américaines. "L'enjeu est d'avoir un réseau qui passe un cap avec des adresses plus 'prime' et plus représentatives de l'approche créative de la marque", explique le dirigeant.

Passer de 16 à 60 magasins en Chine



Dans ces points de vente, la marque entend à chaque fois apporter une touche spécifique en lien avec la passion de son fondateur pour l'art moderne. Au total, la société vise une expansion de 36% de son parc, pour atteindre les 522 points de vente. Dans cet horizon, l'Asie va nécessairement monter en puissance. Déjà très présente en Corée du Sud, Zadig & Voltaire veut accélérer sur le marché chinois qui représente actuellement moins de 5% de son activité. La société a racheté en septembre à son ancien partenaire IT Group ses parts de la coentreprise qui distribuait la marque dans l'Empire du Milieu. Une opération dont le montant n'a pas été révélé. La nouvelle équipe, menée par Jean Lahirle, ancien responsable de Delvaux en Chine, a pour objectif d'implanter plus fortement la marque, la faisant notamment passer de 16 à 60 magasins en quatre ans en développant aussi sa présence sur les plateformes digitales locales. Pour appuyer cette ambition, le nom de la marque en Chine a été revu: "sà di gé". Et la marque planifie même un défilé en Chine dans les prochaines saisons.


Jean Lahirle, directeur général de Zadig & Voltaire Grande Chine - Zadig & Voltaire



Enfin, côté produit, la direction de Zadig & Voltaire avance sur deux fronts. D'abord elle entend renforcer son offre accessoires. "Les marques fortes ont cette capacité de désirabilité, précise le dirigeant. Elles apportent cette confiance qui fait que la cliente a un rapport intime fort et l'affiche clairement en portant un sac avec notre logo".  De nouvelles formes de sacs et pochettes devraient donc renforcer une proposition qui apporte aujourd'hui 35% du chiffre d'affaires. L'objectif affiché étant d'atteindre les 50% en 2025.

L'autre projet de la marque est de renforcer son approche responsable. Défendant un parc de fournisseur limité "à moins de 100", la direction veut avancer vers des objectifs d'amélioration tablant par exemple sur 100% de matières premières clés certifiées durables. Des engagements réunis dans sa stratégie VoltAIRe, présentée cette année, qui doivent répondre aux attentes des clients mais aussi être un moteur de progrès et d'entrainement des équipes.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com