×

Zapa s'offre Tara Jarmon

Publié le
7 janv. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Zapa s'offre Tara Jarmon. Il y a quelques semaines Zapa Developpement, la maison-mère de Zapa ouvrait son capital au fonds Mirabaud Patrimoine Vivant, notamment pour opérer de la croissance externe. C'est donc chose faîte avec cette première acquisition.


Tara Jarmon serait en passe de rejoindre Zapa - Tara Jarmon


Après plusieurs semaines de négociations exclusives la société dirigée par Arié Benayoun (et qui compte Raphaël Abitbol dans ses actionnaires) reprend Uniform, la société sous laquelle opère la marque fondée en 1986 par David et Tara Jarmon. Son actionnaire principal - le fonds AMS Industries de l'homme d'affaires Jean-Paul Bize qui avait repris la marque en 2016 - garde une part minoritaire. Le montant de l'opération n'a pas été communiqué. "Nous avons eu le feu vert de l'autorité de la concurrence, nous précise Arié Benayoun. Nous finalisons la signature".

Tara Jarmon rejoint donc Zapa, mais aussi la toute jeune marque Dualist dans laquelle elle a récemment investi, au sein de la holding Zapa Developpement. Avec Zapa réalisant 55 millions d'euros, ce nouvel ensemble réaliserait près de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires. La griffe mixte Zapa revendique de son côté 114 points de vente à l'enseigne, dont 36 corners et 9 outlets.

En 2016, Tara Jarmon, via son directeur général Francis Varesano, annonçait un volume d'affaires de 100 millions d'euros (pour des revenus nets estimés à 50 millions d'euros ndlr) et l'ambition de doubler son réseau de vente en cinq ans. La marque compte aujourd'hui 57 points de vente à l'enseigne, 65 corners et 500 points de vente multimarques dans le monde. Elle réalise près du tiers de ses ventes à l'international. Mais au niveau style, Tara Jarmon cherche toujours son second souffle. Recrutée il y a un peu plus de deux ans, Colombe Campana devait apporter une nouvelle silhouette. Un choix fort. Et un changement qui semble-t-il a été perçu comme assez radical par les clientes, selon plusieurs observateurs.

Structure agile



Mais quel va être le plan de Zapa pour Tara Jarmon ? Arié Benayoun prend la tête de la structure chapeautant les deux marques. "Nous voyons qu'il existe une synergie et des complémentarités possibles. Nous voulons avoir un des fonctions supports partagées, précise le dirigeant qui veut s'appuyer sur une structure "agile" et devrait opter pour des directions de marques. "Nous souhaitons constituer un groupe de marques avec des positionnements cohérents visant la femme active de 35-45 ans, plutôt CSP+".

Dans un contexte où nombre de marques nées il y a plusieurs décennies doivent faire face à un marché délicat et à la nécessité de repenser leur modèle, le groupe veut donc consolider ses positions. Cette acquisition est ainsi très différente de celle réalisée en 2005 par Zapa avec Chattawak. Les magasins avaient à l'époque été progressivement convertis en Zapa. Aujourd'hui, Tara Jarmon doit devenir un actif fort, dont les atouts doivent aussi bénéficier à Zapa. "En conservant Tara Jarmon, ils peuvent lui donner une identité forte pour la faire fonctionner, explique un observateur avisé du secteur. Arié Benayoun travaille avec Deborah Janicek qui a lancé Dualist, et a précédemment dirigé Figaret mais aussi Pablo, qui est sur la même segmentation que Tara Jarmon". Du côté du groupe, on affirme que ce n'est pas une option explorée.

Mais la consolidation des marques doit appuyer les ambitions de développement du groupe. Arié Benayoun prévoit l'ouverture de 50 points de vente Tara Jarmon dans les trois ans et de huit à dix magasins Zapa chaque année.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com