×
6 162
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
4 mars 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Abercrombie & Fitch toujours en fort repli en 2014

Publié le
4 mars 2015

En 2014, Abercrombie & Fitch a connu une année mouvementée. Le groupe américain a recruté de nouveaux présidents pour ses enseignes Abercrombie & Fitch et Hollister, a revu le concept d’Hollister, décidé de réduire la présence de logos sur ses produits, fermé ses magasins Gilly Hicks, signé un accord avec Asos et, en point d’orgue, remercié son PDG historique Michael Jeffries.


Abercrombie & Fitch en recul sur 2014-15 - Abercrombie & Fitch


Au niveau comptable, le groupe a vu son chiffre d’affaires reculer de 9 % à 3,303 milliards d‘euros sur son dernier exercice, clos le 31 janvier, par rapport à la même période un an plus tôt.

Abercrombie & Fitch réalise 2,124 milliards d'euros aux Etats-Unis (-9 %) et 1,179 milliard d'euros sur le reste du monde (-8 %). A périmètre comparable, son activité sur le net affiche des progressions de 8 % sur son marché domestique et de 13 % à l’international. En revanche, ses ventes en magasins reculent de 9 % aux Etats-Unis et de 18 % dans le reste du monde.

Par enseigne, le groupe réalise 1,279 milliard d'euros avec Abercrombie & Fitch, 1,718 milliard d'euros avec Hollister et 283 millions d'euros via Abercrombie Kids.

Le groupe voit son résultat opérationnel passer de 71,2 millions d'euros en 2013-14 à 100 millions d'euros lors du dernier exercice. Mais le groupe a vu son budget dédié à sa réorganisation divisé par 10, fondant de 70 à 7 millions d'euros et n’affectant donc plus son résultat.

Le résultat net du groupe est lui en repli de 5 % à 45,7 millions d'euros.

Pour 2015, Arthur Martinez, le président du conseil d’administration, a livré ses axes forts : « En premier lieu, nous devons améliorer nos ventes en comparable aux Etats-Unis et dans le reste du monde par une évolution de notre assortiment et un meilleur focus sur l’expérience du consommateur. Deuxièmement, nous allons réaliser des investissements dans nos activités de vente en ligne et omnicanal. En troisième lieu, nous allons continuer de rechercher des réductions de coûts et une efficience opérationnelle. Enfin, nous allons développer notre empreinte internationale dans les marchés à forte croissance. »

Ainsi, le groupe, qui s’attend à un premier semestre délicat, annonce, après avoir fermé une cinquantaine de magasins sur son marché domestique lors du dernier exercice, tabler sur une soixantaine de fermetures en 2015-16. Il table en revanche sur une quinzaine d’ouvertures réparties entre la Chine, le Japon et le Moyen-Orient. Il glisse aussi prévoir quatre ouvertures en Amérique du Nord et l’installation de 11 magasins outlet aux Etats-Unis.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com