×
2 699
Fashion Jobs
Publié le
8 mars 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Àcheval signe un retour intime à ses origines

Publié le
8 mars 2021

Intimité et introspection respirent à travers la dernière présentation de la firme Àcheval à la Semaine de la mode de Paris. Une vidéo d'un peu plus de 2 minutes réalisée par Sebastián Faena, dans laquelle sa seule protagoniste, le mannequin Sara Blomqvist, se transforme devant le miroir et les silences sont entrecoupés de chuchotements et de galops en arrière-plan. "Nous voulions faire quelque chose qui ressemble plus à une œuvre d'art, à un film. Quelque chose qui représente notre reflet de ce qui se passe dans le monde", disent Sofia Achaval de Montaigu et Lucila Sperber, fondatrices de la firme d'esprit équestre, à l'autre bout du fil.


Àcheval



"C'est un concept simple: la mannequin change de vêtements devant le miroir, réfléchissant à ce que cela signifie de s'habiller. C'est une métaphore de ce que nous vivons et de ce qui se passe en ce moment de distanciation sociale", expliquent les entrepreneurs, en soulignant la nécessité d'une introspection provoquée par la dernière année de pandémie. Et la situation "intime" a même marqué le tournage du court-métrage, réalisé en période de confinement à New York.

"L'idée est que les vêtements eux-mêmes ont une signification au-delà de l'être humain, de ce qu'il ressent, de ce qu'il pense et de ce qu'il peut projeter à travers les vêtements. C'est une chose à laquelle nous avons tous réfléchi ces derniers mois", poursuivent les fondatrices de la firme, considérant que ce format "poétique" semblait le plus "pertinent" pour l'époque où nous vivons. Une obligation de faire le saut vers le virtuel qu'elles interprètent comme une proposition positive. La semaine de la mode numérique nous a permis d'expérimenter", célèbrent-elles avec optimisme. Et pour ne pas perdre la chaleur de la présidence, Àcheval a veillé à envoyer du "dulce de leche" argentin aux invités du défilé, comme un "moment sensoriel de partage", mais avec la confiance de revenir bientôt aux événements physiques.


Àcheval



La vidéo est accompagnée d'un lookbook de photographies analogiques, prises à l'hippodrome de Palermo à Buenos Aires, un lieu plein de "souvenirs d'enfance" pour les fondatrices d'Àcheval et une façon de "faire découvrir l'Argentine au monde" à travers leur collection pour l'hiver prochain. D'un style sobre et intemporel, les silhouettes toujours inspirées des gauchos et de l'univers du cheval comprenaient des colliers d'arlequin, fruit d'une collaboration avec l'artiste argentin Emilio Pettoruti, dans des tissus "recyclés" comme le tulle ou le velours.

La philosophie durable et le soutien aux "communautés du nord de l'Argentine qui travaillent avec des techniques ancestrales" ont également été reflétés dans la présentation du premier poncho en collaboration avec Warmi, une organisation de Puna (Argentine) et dans les pulls durables en laine d'alpaga. "Les vêtements représentent le lien avec la nature, le noble et l'ancestral", disent-elles, soulignant que la "simplicité" et la "texture" des superpositions sont des éléments "très importants" pour la marque. 


Àcheval



Ainsi, Àcheval poursuit en parallèle son projet "Keep Moving", à travers lequel il vise à promouvoir l'économie circulaire et à soutenir les communautés par la création d'emplois et l'aide sous forme de microcrédits. Une initiative pour laquelle ils ont le soutien de leur "communauté", une famille qui comprend des modèles bien connus comme l'argentine Mica Argañaraz ou Helena Christensen.

Lors de ce dernier rendez-vous avec la mode parisienne, l'accent latin se fait entendre. Si Sofia Achaval de Montaigu et Lucila Sperber sont présentes dans la ville depuis la création de leur marque il y a deux ans, l'Uruguayenne Gabriela Hearst vient de présenter sa première collection en tant que directrice de création de Chloé. "Nous la connaissons depuis longtemps. Elle combine les cultures, le résultat est très bon et enrichissant. La culture latine a beaucoup de noblesse et je pense que la pandémie nous a amenés à chercher le noble, le simple, ce qui compte vraiment", disent-elles à propos de “l'atterrissage” en France de la designer, qui promeut également la culture latine et la philosophie durable. "Nous sommes heureuses du défilé de Chloé. Elle représente des choses semblables aux nôtres et c'est bien que nous allions tous dans la même direction", célèbrent-elles avec optimisme.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com