×
Publicités
Par
AFP
Publié le
5 nov. 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Adidas relève ses objectifs financiers

Par
AFP
Publié le
5 nov. 2015

Adidas a relevé jeudi ses objectifs de ventes et de bénéfices pour l'année 2015, après un troisième trimestre solide, marqué par de bonnes ventes en Europe de l'Ouest et en Chine et par le redressement de sa division golf.

Herbert Hainer, patron d'Adidas, en interview. - Adidas


« Notre écoute obstinée du consommateur est clairement en train de payer. (...) Nous atteignons nos objectifs 2015 bien plus vite que ce que nous avions prévu », a commenté dans un communiqué le patron de l'équipementier sportif allemand, Herbert Hainer.

Adidas vise désormais une croissance de 6 à 9 % de son chiffre d'affaires par rapport à 2014, contre environ 5 % auparavant. Il table également sur un bénéfice net en hausse de 10 %, contre une progression de 7 à 10 % visée jusqu'ici. Enfin, il a aussi relevé ses ambitions de marge opérationnelle, qu'il souhaite voir s'établir entre 48 et 48,5 %, contre 47,6 % en 2014.

Entre juillet et septembre, les résultats du groupe bavarois ont excédé les attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset. Le bénéfice net grimpe de 10,4 % sur un an, à 311 millions d'euros. Les ventes bondissent de 17,7 %, à 4,8 milliards d'euros, et l'excédent d'exploitation (Ebit) s'envole de 26,3 %, à 495 millions.

Le troisième trimestre a été marqué par une forte croissance des ventes en Europe de l'Ouest, en Chine, en Amérique latine et au Moyen-Orient, a précisé Adidas.

Sa division de golf TaylorMade, que le groupe envisage de vendre face à ses difficultés récurrentes, s'est un peu redressée, avec des ventes en hausse de 6 % hors effets de changes.

Les ventes d'Adidas aux Etats-Unis ont elles aussi progressé de 6 %, hors effets de changes. Un signe encourageant : la reconquête des Etats-Unis, où il a abandonné sa place de dauphin derrière Nike au nouveau venu Under Armour, est une des priorités d'Adidas.

Le groupe allemand, plus populaire pour ses collections mode chez les jeunes américains que pour ses vêtements sportifs, met le paquet pour changer son image. Il veut notamment sponsoriser 500 athlètes dans des sports typiquement américains. Ces derniers mois, il a ainsi repris à Nike la star des parquets de basket James Harden et le quarterback Aaron Rodgers, élu meilleur joueur du football américain la saison passée.

Adidas fait feu de tout bois pour rebondir en 2015, après une très mauvaise passe en 2014 où l'équipementier sportif avait dégringolé de 38 % en Bourse pour finir lanterne rouge du Dax, après deux avertissements sur résultats.

Le titre a repris plus de 42 % depuis le 1er janvier et s'impose comme deuxième meilleur membre du Dax (l'indice de la bourse allemande ndlr), grâce à de bons résultats, à la mise en place d'une nouvelle stratégie à l'horizon 2020 et à la recherche officielle lancée pour remplacer le patron Herbert Hainer, qui a perdu la confiance de certains investisseurs et dont le mandat se termine en 2017.

Les spéculations viennent d'ailleurs d'être relancées par l'entrée au capital du milliardaire égyptien Nassef Sawiris, un investisseur connu pour son activisme. Il est devenu fin octobre le premier actionnaire d'Adidas, en acquérant une part de 6 %, via son holding NSS basé aux îles Caïmans. Ses intentions ne sont pas encore connues.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.