×
Publié le
12 mars 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Aeffe a réduit sa perte en 2012

Publié le
12 mars 2013

Le groupe de mode italien, qui détient entre autres les griffes Alberta Ferretti, Moschino et la marque de chaussures Pollini est parvenu en 2012, comme il l’avait fait l’année précédente, à réduire sa perte, qui est passée de 4,3 millions d’euros en 2011 à 3 millions l’an dernier, annonce-t-il à l’occasion de la publication de ses résultats pour l’exercice 2012.

En 2012, Aeffe a réalisé un chiffre d’affaires de 254 millions d’euros avec une croissance de 3,3% par rapport à 2011 et de 1,8% à taux de change constant, indique-t-il dans un communiqué. Une politique de rationalisation et d’amélioration de l’efficience a permis au groupe d’enregistrer par ailleurs un excédent brut d’exploitation (Ebitda) en hausse de 24% à 22,8 millions d’euros en 2012, tandis que son résultat d’exploitation (Ebit) a bondi à 8,8 millions contre 3,5 millions d’euros un an plus tôt.

Une image de la campagne Moschino


Ces résultats sont le fruit d’une nouvelle stratégie concernant le portefeuille de licences du groupe qui a été "nettoyé" en 2012. Aeffe s’est en effet séparé en octobre de la licence Jean-Paul Gaultier et en novembre de celle avec Cacharel. "Nous sommes satisfaits par les choix adoptés durant l’exercice qui vient de se conclure, en particulier en ce qui concerne la réorganisation de notre portefeuille de licences avec la conclusion de certains accords non rentables et le lancement de nouveaux projets avec de nouvelles directions créatives comme dans le cas de notre marque Philosophy et de la licence avec Emanuel Ungaro", souligne à ce titre le président exécutif Massimo Ferretti.

En octobre dernier, Aeffe a en effet recruté une directrice artistique attitrée pour sa ligne contemporaine Philosophy, Natalie Ratabesi, précédemment senior creative director chez Ralph Lauren, tandis qu’il a choisi le nouveau prodige italien Fausto Puglisi pour relancer Emanuel Ungaro. Début 2012, l’Italien a également signé un accord de licence pour la production et la distribution mondiale de la ligne féminine de Cédric Charlier, ex-directeur artistique de Cacharel.

En 2012, le groupe, dont le siège se situe dans le centre de la Péninsule près de Rimini, a enregistré une croissance de 8,7%, à 69,5 millions d’euros avec sa division "chaussures et maroquinerie", tandis que la division de prêt-à-porter a réalisé un chiffre d’affaires de 201,3 millions d’euros (+2,1%).

Le marché italien, qui représente 39,1% des ventes de Aeffe, a reculé de 3,4% en 2012 à 99,3 millions d’euros. Les ventes sur le marché européen qui représente 21,2% du chiffre d’affaires total d’Aeffe ont progressé en revanche de 2,3%. En particulier la Russie, où les ventes ont bondi de 21,4%. Les Etats-Unis pèsent 7,5% du chiffre d’affaires total et le Japon 9,5%.

"Le groupe est déterminé à développer un plan d’expansion sur les marchés à haut potentiel comme la Russie, l’Extrême-Orient et le Moyen-Orient, qui ont contribué déjà en 2012 à une importante progression du chiffre d’affaires", conclut Massimo Ferretti.

Au 31 décembre 2012, Aeffe dénombrait un total de 193 magasins monomarques en franchise et de 93 boutiques en gestion directe. A noter la fermeture en 2012 de la boutique Moschino de la rue de Grenelle à Paris.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com