×

Aéroville prend son envol

Publié le
16 oct. 2013
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après 8 ans de développement et travaux nécessaires à son dernier-né, le promoteur Unibail-Rodamco a mis son centre commercial Aéroville sur orbite. Situé dans le voisinage direct de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, ce centre commercial de 84 000 m² et 200 enseignes entend séduire aussi bien par son gigantisme que par une offre d'enseignes parfois rares en France, mais systématiquement poussées à voir grand pour leurs vitrines.


Comme FashionMag.com l'avait relevé, ce projet marque avant tout l'aboutissement d'une refonte de la politique d'Unibail-Rodamco. Aéroville pousse en effet ses enseignes à se mettre en avant via des vitrines grands formats et des concepts nouveaux. Là où, un an et demi plus tôt, le promoteur incitait les marques à se fondre dans l'architecture de Lyon Confluence. Au final, en ressort ce que l’on pourrait qualifier de tout premier "mall" français au sens anglo-saxon du terme.

Superdry - plus grand flagship d'Europe continentale


"Ce centre est assez difficile à décrire" pour Christophe Cuvillier, président du directoire d’Unibail-Rodamco. "Quand vous allez visiter le centre, vous comprenez néanmoins ce que nous avons voulu faire ici: le centre le plus spectaculaire d'Europe continentale. Il vient ouvrir la voie à une nouvelle génération de centres commerciaux, par ses dimensions exceptionnelles qui lui permettent d'accueillir le meilleur de nos derniers projets".

Unibail-Rodamco ne dévoile pas le chiffre d'affaires qu'il envisage pour le centre commercial. Toujours est-il que le promoteur entend atteindre les 12 millions de visiteurs annuels, avec un panier moyen dans la moyenne de ses autres actifs, à savoir 45 euros. Mais en déboursant 355 millions d'investissements, le constructeur savait qu'il pourrait à terme compter sur l'effet des ouvertures le dimanche, annoncées comme permises par la localisation sur la zone aéroportuaire.

Vans - 1ère adresse française en centre commercial


Contrairement aux apparences, Aéroville n’entend pas séduire les voyageurs en transit. Le site vise en effet trois populations autres. Les habitants de la zone, tout d’abord, le mall étant situé dans une zone de chalandise comptant 1,8 million d’habitants à moins de 30 minutes. Ce sont d'ailleurs les riverains du Nord, où l’offre commerciale est limitée, qui sont principalement dans le collimateur.

Viennent ensuite les 120 000 employés actifs officiant sur la zone d’activité, qui travaillent souvent en horaires décalés. Et enfin une clientèle d’affaire de passage dans les hôtels entourant l’aéroport (des navettes sont mises en place) ou visant le Parc des Expositions de Villepinte (une communication est prévue lors de salons).

Forever 21 - futur 4ème adresse française


Aéroville est le second centre commercial de France à recevoir la certification BREEAM Excellent. Le premier était So Ouest, lancé l’an passé à Levallois-Perret par Unibail-Rodamco. Il est en outre le premier centre à utiliser la géothermie, qui permet de fortes économies de gaz en alimentant chauffage et climatisation.

Côté service, le centre arbore le label 4 Etoiles d’Unibail-Rodamco. Personal Shopper, lavage auto, parking guidé, conciergerie pour les bagages, voiturier ou cireurs de chaussures sont ainsi proposés. Le tout par un personnel arborant des uniformes d’hôtesses de l’air et de stewarts, pour rester dans le ton des avions de ligne décollant/atterrissant dans l'axe des baies vitrées.

Skechers - 1ère adresse française en centre commercial


Le lancement du centre est l’occasion d’un "coup de gueule" des maires de Roissy et Tremblay-en-France. Très satisfaits de l’attitude conciliante d’Unibail-Rodamco dans le développement du projet, les élus ont pointé la circulation difficile dans la zone. "Il faut savoir que 80 % des personnes travaillant dans cette zone viennent en voiture, contre 20 % en transports en commun", explique François Asensi, député-maire de Tremblay-en-France. "Pour vous faire une idée, c’est exactement l’inverse à La Défense. Les 60 Maires de l’Association des collectivités locales souhaitent une nouvelle gare RER entre le Parc des Expositions et l’Aéroport. Mais, malgré l’appui de l’Etat, la Région bloque le projet".


André Toulouse, Maire de Roissy-en-France, espère pour sa part que le succès futur d’Aéroville, et l’arrivée prochaine du siège d’Aéroports de Paris, créera un consensus autour d’une nouvelle desserte. C’est en tout cas ce que pense Augustin de Romanet, PDG d’Aéroports de Paris, pour qui Aéroville pose les bases de ce qui sera la véritable aéro-ville amenée à encadrer la zone d’activité de Charles-de-Gaulle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com