×
Publié le
21 oct. 2014
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alain Salzman (Marques Avenue): "Il faut offrir de justes raisons au consommateur de se déplacer"

Publié le
21 oct. 2014

Dans exactement six mois, le 22 avril 2015, Alain Salzman, PDG de Concepts et Distribution, le leader français des centres outlet, ouvrira son nouveau site Marques Avenue dans l’Ouest parisien. Un centre outlet qu’il veut de nouvelle génération. Il explique pourquoi à FashionMag.com.

Alain Salzman


FashionMag.com : Pourquoi un nouveau centre en région parisienne alors que vous comptez des Marques Avenue à Corbeil (A6) et à l’Ile Saint Denis, et un Quai des Marques à Franconville?
 
Alain Salzman : Depuis la création du premier Marques Avenue à Troyes en 1993, nous souhaitions installer un centre dans l’Ouest parisien. La raison en est pour le coup très simple : un tel équipement bénéficiera d’un potentiel de 10 millions de consommateurs avec, qui plus est, un pouvoir d’achat en zone primaire supérieur de 50% à la moyenne nationale.

FM : Mais pourquoi alors avoir attendu si longtemps ?
 
AS : Il fallait trouver le bon site. Et puis peut-être que nous estimions avoir le temps. Les effets d’annonce de McArthurGlen à Vernon, de Carré Privé à Montigny le Bretonneux et le projet (aujourd’hui ouvert Ndlr) de One Nation à Plaisir, nous ont conduit à mobiliser l’entreprise sur ce sujet stratégique.
 
FM : Quels étaient les conditions que devait réunir le site ?
 
AS : Nous voulions un emplacement accessible depuis l’A13, un axe au potentiel inégalé avec 108 000 passages/jour,  avec aussi un accès par échangeur complet (entrée et sortie depuis Paris comme de la Normandie), à moins de 30 minutes de Paris et à moins de 15 minutes de Versailles, Parly 2 et Saint Germain en Laye. D’où notre partenariat avec le groupe Altarea Cogedim sur le site du Family Village d’Aubergenville…
Il y avait bien sûr d’autres avantages comme celui d’une CDAC acquise et purgée de tout recours. Marques Avenue y reprend 12 000 m2 en exploitation à détruire, à repenser et à rebâtir. De même le site bénéficie de l’ouverture le dimanche, acquise et non contestable.
 
FM : Vous dites vouloir en faire une sorte de version V2 de Marques Avenue. Vous pouvez expliquer ?
 
AS : C’est une opération emblématique aux portes de Paris. Nous voulons qu’elle soit perçue comme innovante au niveau européen. Et ainsi imposer Marques Avenue comme une marque de référence. Cela signifie faire véritablement de Marques Avenue A13 un site de destination. Le consommateur n’est plus contraint de se déplacer aujourd’hui. C’est vrai pour le commerce traditionnel. C’est vrai aussi pour l’outlet. Il faut offrir de justes raisons au consommateur de se déplacer, de prolonger sa présence, et aussi de justes raisons de renouveler sa visite!

Le futur Marques Avenue A13 en chantier


FM : Comment allez-vous vous y prendre ?
 
AS : Nous avons décidé de faire appel pour l’ensemble du concept au cabinet Saguez & Partners qui, jusque-là, ne travaillait pour Marques Avenue que l’identité visuelle. Jusqu’à présent, nous faisions appel pour l'architecture au cabinet de Jean Michel Wilmotte. Mais nos enquêtes nous disaient qu’il fallait un environnement plus féminin que celui que travaille cet architecte (avec généralement des ambiances de gris Ndlr). Le consommateur évoluera dans un village totalement construit en bois où chacune des 68 boutiques se distinguera par ses volumes, ses hauteurs et aussi ses façades spécifiques. Chaque marque a ainsi été invitée à choisir l’organisation et le rythme de ses vitrines, son type de bois, son bardage, sa couleur parmi un choix de 432 combinaisons possibles. La dimension végétale sera partout présente. S’y rajoutera l’expérience d’un village tout entier pensé et développé avec les codes des stations balnéaires de l’Ouest français, avec quelques touches de l’Ile de Ré et du Cap-Ferret, mais aussi l’esprit des Hamptons. Il y aura de grandes dunes de sable, des pins maritimes, du bois flotté, etc. Nous visons d’ailleurs le label BREEAM de respect de l’environnement.
 
FM : Et l’offre dans tout ça ?
 
AS : Nous entendons diversifier l’offre des marques et monter en gamme. Mais attention, sans perdre de vue, le fait d’installer à Marques Avenue A13 des enseignes suffisamment fortes pour drainer le flux. Un exemple : des enseignes comme Nike et Adidas apportent 40% du trafic d’un site Marques Avenue, quel qu’il soit. Vous pensez bien que ces marques seront présentes. La commercialisation est lancée mais il est bien trop tôt pour citer telle ou telle marque. Tout en sachant qu’en 20 ans, nous avons signé quelque 650 baux !
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com