×
Publicités
Par
AFP
Publié le
18 déc. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Albany: la direction campe sur ses positions

Par
AFP
Publié le
18 déc. 2012

PARIS, 18 déc 2012 (AFP) - Les dirigeants du groupe textile américain Albany, qui a annoncé la suppression de 200 emplois sur ses deux sites français, ont "campé sur leurs positions" à l'occasion d'une table ronde mardi à Paris avec les syndicats, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et des élus locaux, selon les syndicats.

Des salariés de la compagnie Albany-Cofpa devant la préfecture de Haute-Vienne à Limoges le 8 mars 2012. Photo: AFP/Pierre Andrieu.

"Les membres de la direction ont campé sur leurs positions malgré la pression mise par Monsieur Montebourg", ont déclaré à l'AFP les élus CGT à l'issue de la rencontre.

"La direction manque d'arguments pour justifier son plan de restructuration", a affirmé à l'AFP Michaël Martin (CGT), pour qui les deux sites visés sont "rentables".

Ce plan, annoncé en novembre, prévoit la suppression de 200 postes, soit près des deux tiers des effectifs des sites du Bas-Rhin (Sélestat) et de Haute-Vienne (Saint-Junien). La direction le justifie par la "dégradation continue du marché des textiles industriels en Europe".

Pour Michaël Martin, il s'agit de délocalisations déguisées vers la Corée du Sud, la Suède et l'Amérique.

Le plan de restructuration prévoit le reclassement de 90 postes dans le cadre d'un partenariat entre Albany et l'équipementier aéronautique français Safran visant à la création d'un site industriel à Commercy (Meuse). Safran est intéressé par la technologie du tissage en 3D développé par Albany, pour fabriquer des palmes de réacteur. Cette technologie permet notamment une réduction de la consommation de kérosène.

Ce partenariat prévoit la création de 400 emplois, dont 200 via Albany.

La construction de l'usine de Commercy doit commencer en février 2013 et s'achever vers la mi-2014.

"Pourquoi ne pas implanter ce site à Sélestat", ont demandé les syndicats qui se sont vu opposer une fin de non recevoir par la direction d'Albany.

La CGT juge nécessaire de geler la restructuration, estimant que le reclassement du personnel, largement féminin et d'une moyenne d'âge de 45 à 50 ans, risque d'être difficile.

"Le ministre va mettre la pression sur Safran, dont il est actionnaire à 30%", a indiqué Michaël Martin, à l'issue de la table ronde. Un comité central d'entreprise doit se tenir mardi prochain à Sélestat.

Cent-vingt-sept emplois doivent être supprimés à l'usine de Sélestat, qui compte 227 salariés, et 75 postes à Albany-Cofpa de Saint-Junien, qui en compte près de 130.

Albany, dont le siège est situé à Rochester (New Hampshire), emploie quelque 4.300 personnes sur ses sites répartis dans 11 pays. Le groupe est leader dans le domaine des composites tissés, des textiles pour habillage de machines industrielles, et tissus techniques pour l'industrie du papier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.