×
6 162
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
21 févr. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Albany: mobilisation à Saint-Junien pour un an de bataille pour l'emploi

Par
AFP
Publié le
21 févr. 2013

SAINT-JUNIEN (France), 21 fév 2013 (AFP) - Plus de 500 personnes se sont rassemblées jeudi 21 février à Saint-Junien (Haute-Vienne) sur le site du groupe textile américain Albany, marquant ainsi un an de lutte pour sauver les emplois menacé par un plan social visant 200 postes au total entre Saint-Junien et Sélestat (Bas-Rhin).

Des salariés de la compagnie Albany-Cofpa devant la préfecture de Haute-Vienne à Limoges le 8 mars 2012. Photo: AFP/Pierre Andrieu.

une semaine d'un comité central d'entreprise le 28 février à Sélestat, le rassemblement devant l'usine a réuni des salariés du site Albany-Cofpa, des syndicalistes, des élus locaux, des habitants de Saint-Junien, a constaté l'AFP. Leur manifestation a ensuite bloqué pendant deux heures la RN 141, axe important de Haute-Vienne.

Les salariés d'Albany-Cofpa ont exprimé une "combativité intacte" après un an de "lutte exemplaire qui a su s'attirer le respect et le soutien de l'ensemble d'une région", selon Sylvie Logeais, élue CGT de l'entreprise.

Fin février 2012, l'annonce par Albany de la fermeture du site de Saint-Junien avait suscité une forte mobilisation, et fait irruption en pleine campagne présidentielle. Entre autres politiques nationaux, Eva Joly (EELV), Olivier Besancenot (NPA), Pierre Laurent (PCF) ou Arnaud Montebourg (PS), devenu depuis ministre du Redressement productif s'étaient rendus sur place.

Albany avait renoncé en mars à la fermeture immédiate de Saint-Junien, mais a annoncé fin novembre un plan de restructuration comportant la suppression de 200 emplois entre Saint-Junien (75 postes menacés) et Sélestat (127 sur 227).

Albany, qui produit des textiles pour l'industrie, invoque une "dégradation continue du marché des textiles industriels en Europe", une logique économique que réfutent les syndicats.

Des tables rondes ont depuis réuni au ministère du Redressement productif la direction d'Albany, des représentants du personnel et des élus locaux.

A l'issue de la dernière table ronde présidée par Arnaud Montebourg, fin janvier, le ministère a annoncé des "avancées notables" et notamment un engagement de la direction d'Albany à "revoir le nombre des emplois concernés par le plan social".

Aucune annonce n'est depuis intervenue de la direction qui a indiqué ces jours-ci "réserver ses déclarations aux salariés".

Comme fin janvier, les salariés sceptiques ont réaffirmé jeudi leur sentiment d'avoir été victimes de trahisons successives depuis un an: "Albany tu nous a trahis", "Montebourg tu nous a fait de beaux discours", ont-ils scandé sous les fenêtres de la direction.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.