×
Publicités
Traduit par
Lionel Tixeire
Publié le
6 avr. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alber Elbaz fustige un monde de la mode déboussolé

Traduit par
Lionel Tixeire
Publié le
6 avr. 2017

Le créateur vedette Alber Elbaz a vivement critiqué le secteur de la mode lors d'une conférence sur le luxe qui s'est tenue ce mercredi à Oman, mettant en cause le chaos, les peurs excessives, les pressions et d'une manière générale l'insatisfaction qui y règnent.

Le créateur Alber Elbaz à Oman - Astrid Wendlandt


Alber Elbaz, qui a débuté chez Guy Laroche et Yves Saint Laurent, est connu pour être parvenu à ressusciter Lanvin, la plus ancienne griffe française de luxe, pendant les 14 années qu'il a passées à tête de la création de la Maison.

Son renvoi brutal en 2015 a surpris le monde de la mode et depuis, le créateur a pansé ses plaies, réfléchissant à ses projets et les exposant parfois à des investisseurs, si l'on en croit les personnes connaissant bien le secteur.

Lanvin, qui pour les analystes a le potentiel de devenir l'équivalent français de la success story italienne Valentino, a recruté Bouchra Jarrar l'an dernier afin de remplacer Alber Elbaz. La griffe est entre-temps devenue déficitaire en raison d'une chute des commandes en provenance des clients, américains et russes notamment.

Pendant la conférence, le créateur a réagi à la multiplication exponentielle des collections imaginées par les grandes griffes afin de faire les gros titres et d'augmenter la fréquentation de leurs boutiques, et ce dans le but ultime de répondre à la concurrence des marques de fast fashion.
 
« Chaque fois que je parle avec la famille de la mode, je n'entends que des plaintes », a ainsi déclaré Alber Elbaz lors de la conférence sur le luxe organisée à Oman par Condé Nast International. « Trop de défilés, trop de collections. La Fashion Week de Moscou ? Non, attendez, c'est déjà la Fashion Week en Inde. Trop de confusion, quelle saison nous présente-t-on maintenant ? Automne-hiver ? Printemps-été ? Non, c'est la collection Resort. Non, c'est Croisière 2017. Et toujours plus, c'est sans fin. Pourquoi personne n'est-il content ? Trop de craintes et pas assez d'amour. »

« Le marketing arrive après, pas avant »

De nombreuses griffes de luxe ont été touchées ces dernières années par la chute des dépenses de luxe et par la concurrence de marques plus petites mais présentes sur Internet, qui satisfont la demande des consommateurs pour des labels plus exclusifs et artisanaux. Alber Elbaz a ainsi critiqué le manque d'audace et de goût pour le risque du secteur dans le contexte économique actuel.

« Lorsque nous créons, nous devons d'abord commencer avec un rêve et une intuition. Le marketing arrive après, pas avant. Oui, je sais que l'intuition est risquée. Oui, je sais que faire une erreur peut coûter très cher. Et que les actionnaires peuvent vous renvoyer pour cela. Mais nous savons tous que quelques-unes des plus grandes innovations dans l'histoire sont nées parce que les gens ont fait confiance en leur intuition et l'ont suivie », a ainsi déclaré le créateur lors de la conférence. Il a ensuite poursuivi en précisant le rôle actuel du créateur de mode.
 
« Mon psychiatre m'a demandé une fois : si les femmes peuvent maintenant acheter un nouveau visage, de nouvelles fesses, de nouveaux cheveux, une nouvelle peau et Dieu sait quoi d'autre, peut-être le corps est-il la nouvelle robe ? Peut-être est-ce la raison pour laquelle il y a tant de créateurs sans emploi. Et si le corps est la nouvelle robe, quel est notre rôle à nous, les créateurs ? D'habiller ? Ou de déshabiller ? », a-t-il poursuivi, en s'adressant au public.
 
Cette année, Alber Elbaz a travaillé avec Converse au Japon sur le lancement d'« Avant Converse », une nouvelle ligne de sneakers haut de gamme. Il lance aussi Superstitious, un parfum qu'il a aidé à créer pour le parfumeur Editions de Parfums Frédéric Malle – une marque de niche qui fait partie du groupe Estée Lauder depuis 2014. Il a travaillé avec le « nez » Dominique Ropion, qui est derrière les meilleures ventes du parfumeur. Ce parfum est la seconde collaboration du parfumeur avec un créateur – il avait déjà collaboré avec Dries van Noten en 2013.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com