×
6 883
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Alber Elbaz : remous autour d'un départ impromptu

Publié le
today 30 oct. 2015
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’annonce du départ d’Alber Elbaz après 14 ans à la direction artistique de Lanvin a provoqué une onde de choc. Les raisons de la rupture semblent être liées principalement aux désaccords entre le styliste et la direction de l’entreprise. Dans une note citée par la presse, Alber Elbaz déclare laisser la Maison Lanvin « sur décision de son actionnaire majoritaire ».

Alber Elbaz - Instagram @lanvinofficial


Le designer, qui détient une participation chez Lanvin située entre 10 et 18 %, aurait manifesté son mécontentement quant à la stratégie mise en place par la PDG, Michèle Huiban, et la propriétaire taïwanaise, Shaw-Lan Wang, qui a racheté Lanvin à L’Oréal en 2001.

Le chiffre d’affaires de la Maison a atteint 206 millions d’euros en 2014 contre plus de 235 millions en 2012, tandis que sur la même période son résultat opérationnel est passé de 13,9 millions d’euros à 3,3 millions.

Pour permettre à Lanvin de faire un bond décisif et de se relancer, de nombreux investissements sont nécessaires afin de lui donner une plus grande visibilité face à une concurrence qui s’est accrue ces dernières années. Or, Shaw-Lan Wang a repoussé jusqu’ici toutes les offres de rachat de la part d’importants investisseurs.

C’est donc dans ce contexte que s’inscrit le départ d’Alber Elbaz et que se pose désormais la question de sa prochaine destination. A en croire des rumeurs, la place laissée vacante par Raf Simons à la tête des collections féminines de Dior semblerait la plus indiquée pour le styliste israélien, emblème du chic français. Même si plusieurs observateurs n'y croient pas vraiment.

En 2010, déjà, d’aucuns le voyaient chez Chanel prendre la suite de Karl Lagerfeld. Aujourd’hui, à 54 ans, Alber Elbaz, qui fait figure presque d’institution, a la carrure et l’expérience ainsi que la notoriété pour occuper un tel rôle dans une Maison elle-même considérée comme une institution. Sans compter les affinités entre les silhouettes couture définies par Alber Elbaz et l’univers de Dior.

Le styliste est très apprécié par la famille Arnault. Dans les milieux parisiens, l’on murmure que Bernard Arnault, PDG de LVMH, qui détient Dior, a été l’un des premiers à l’appeler après l’annonce de son départ, ainsi que sa fille Delphine Arnault. Certaines affinités existent aussi entre Alber Elbaz et le PDG de Christian Dior Couture, Sidney Toledano. Ils sont tous deux nés à Casablanca, au Maroc, et se connaissent bien.

D’autres signes tendraient à valider la thèse de l’arrivée d’Alber Elbaz chez Dior. Comme le dévoile Hollywood Reporter, la directrice des relations publiques de Lanvin aux Etats-Unis, Julia Erdman, quitte elle aussi la société. Un départ qui intervient après la démission également il y a quelques mois de la directrice de la communication Hania Destelle, une collaboratrice de longue date du styliste. Deux personnes proches d’Alber Elbaz, qui pourraient le suivre rapidement dans une autre aventure, selon le magazine américain. Chez Dior ou ailleurs...

Alber Elbaz a déjà été en discussion avec la maison Dior en 2011, au moment du licenciement de John Galliano. A l’époque, l’affaire ne s’était pas conclue, semble-t-il, du fait de la participation dans le capital de Lanvin détenue par le créateur. Reste à voir si aujourd’hui cette situation constitue encore un obstacle pour Dior.

Beaucoup s’attendent toutefois à un changement plus profond de la part de la Maison. Après la récente nomination de Demna Gvasalia chez Balenciaga, il se pourrait très bien que Dior aille aussi dans ce sens en se projetant vers l’avenir avec un tout nouveau profil de designer.  

Du côté du créateur, également, il pourrait y avoir des freins. Echaudé par son expérience chez Yves Saint Laurent où il avait été remplacé sur le champ par Tom Ford lors du rachat de la griffe par l’ex-Gucci Group (Kering), il n’est pas sûr qu’Alber Elbaz ait une si grande attirance pour les grands groupes.

Ce dernier a dénoncé à maintes reprises en effet les rythmes accélérés du fashion system. La semaine dernière encore, à New York, lors de la Fashion Group International Night of Stars, il a tenu un discours incisif sur l’évolution de la mode et la notion de manque de temps, qui caractérise désormais cette industrie à tous les niveaux.

En attendant, les spéculations sur Dior ont repris de plus belle. Parmi les candidats les plus accrédités pour prendre la succession de Raf Simons, il y a Riccardo Tisci (Givenchy), Phoebe Philo (Céline), Stefano Pilati (Ermenegildo Zegna), Jonathan William Anderson (Loewe) et Joseph Altuzarra.

Pour ce qui est de Lanvin, la thèse la plus récurrente indique pour l’instant Lucas Ossendrijver comme successeur possible. Le designer avait été appelé lui-même par Alber Elbaz en 2005 pour s’occuper de l’Homme chez Lanvin. Circulent aussi les noms de Simone Rocha, Pedro Lourenço et Huishan Zhang.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com