×
5 786
Fashion Jobs
Publicités

Alberto Piantoni (Missoni) : "Nous travaillons à une relance en grande pompe de la marque"

Publié le
today 6 oct. 2014
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’historique maison de mode, qui a réorganisé ces dernières années sa distribution et son offre, s’apprête à se relancer en grand à travers de multiples projets, du lancement de parfums à l’ouverture d’un flagship store à Paris en passant par le retour de la marque sur le marché chinois, comme l’explique à FashionMag.com l’administrateur délégué de Missoni, Alberto Piantoni.

Alberto Piantoni, administrateur délégué de Missoni


FashionMag.com : Où se situe Missoni aujourd’hui ?

Alberto Piantoni: Ces quatre dernières années, nous avons ouvert beaucoup de points de vente et engagé d’importants investissements. La maison a aussi réorganisé son offre sur les accessoires. Nous travaillons à une relance en grande pompe de la marque, avec notamment un accord tout juste conclu pour lancer les parfums, secteur dont nous étions sortis il y a 4 ans. Nous avons signé un accord de licence avec Euroitalia, qui produit entre autres les parfums de Versace et de Moschino. Notre parfum sera lancé début 2015.

FM: Quel travail a été mené sur le produit et sur les collections ?

AP: Nous nous sommes beaucoup concentrés sur la structure des collections afin d’avoir une offre plus variée et cohérente. En 2013, nous avons ainsi signé un accord de licence avec la société italienne de la Riviera del Brenta, en Vénétie, pour produire et distribuer notre ligne de chaussures. Au-delà de la première ligne pour homme et femme, nous avons aussi la ligne jeune M Missoni produite en licence par Valentino Fashion Group, qui marche bien, une ligne d’habillement pour fillettes ainsi qu’une ligne de beachwear, en forte croissance, produite en interne. A cela s’ajoutent les accessoires, tels que sacs, lunettes et bijoux.

FM: Quel est le chiffre d’affaires de Missoni ?

AP: En 2013, Missoni a réalisé un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros, dont plus de 80 % à l’étranger. Les collections féminines représentent l’essentiel des ventes. Pour nous, le menswear reste une niche.

FM: Quelle est la stratégie de développement de la marque ?

AP: Nous voulons nous concentrer sur le réseau retail à travers une formule hybride mêlant ouvertures en gestion directe, concessions dans les grands magasins et franchises. Nous sommes en train de nous focaliser sur certains marchés, où l’entreprise est historiquement présente. A commencer par les Etats-Unis, où nous sommes en train de mettre sur place une nouvelle organisation. L’idée est de renforcer notre filiale américaine, en termes de budget et de personnel. Et puis, il y a la Chine. Missoni revient dans ce pays après 4-5 ans d’absence. Nous étions entrés en Chine il y a 25 ans mais, au fil des ans, nous avons dû changer de partenaire, celui que nous avions n’étant plus adapté à notre positionnement. Nous avons désormais un nouveau partenaire chinois. Une lettre d’intention a été signée depuis peu en vue d’un accord pour créer une joint-venture avec l’objectif d’ouvrir une quinzaine de boutiques en quatre ans.

FM: Comment est en train d’évoluer votre distribution ?

AP: Nous sommes en train de revoir notre distribution en général. Aujourd’hui, nous avons 45 boutiques monomarques, que ce soit en propre ou en franchise, et nous comptons un millier de clients multimarques. Nous visons l'ouverture de magasins en franchise en Italie. Le Japon et la Corée sont deux autres marchés historiques pour nous, dans lesquels nous voulons renforcer notre présence en rénovant le concept de nos magasins et en étudiant des produits spécifiques pour ces marchés.

FM: Vous vous apprêtez à changer d’adresse à Paris. Vous pouvez nous en dire plus ?

AP: Nous avons passé un accord avec le groupe Prada. Ils ont pris notre boutique du 1, rue du Faubourg Saint Honoré, tandis que nous nous sommes déplacés au 219 de la rue Saint Honoré. Notre précédent magasin était trop petit et ne nous permettait pas d’exprimer à plein l’univers de Missoni. Nous cherchions par ailleurs un quartier un peu plus tendance. A cette nouvelle adresse, nous serons plus proches de Colette et nous allons pouvoir doubler la superficie. Nous allons avoir notamment 16 vitrines sur rue, contre 3-4 auparavant. Le magasin va être aménagé avec notre nouveau concept mis au point par la designer Patricia Urquiola, déjà développé sur Milan. L’inauguration est prévue pour la première semaine de décembre.

FM: Comment s’est réorganisée l’entreprise suite à la disparition de Vittorio Missoni ?

AP: Du point de vue de l’organisation, il n’y a pas eu de grands changements, car nous travaillions déjà ensemble depuis deux ans. Je continue à être l’administrateur délégué de la Maison. J’ai juste repris la direction commerciale, dont s’occupait Vittorio. Nous avons créé, par ailleurs, un comité réunissant des personnes travaillant depuis longtemps dans la société, que ce soit dans le marketing, la communication, la production et les opérations pour mieux coordonner la structure des premières lignes.

FM: Quel est le rôle exact de Rosella Jardini (ex-directrice artistique de Moschino), arrivée au style ces dernières saisons ?

AP: Le directeur créatif de la maison est Angela Missoni. Cette dernière a souhaité avoir le support de Rosella Jardini, qui l’aide notamment dans la recherche. Il s’agit d’une collaboration.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com