×
Publié le
15 juil. 2010
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alexandre Birman arrive en Europe via la France

Publié le
15 juil. 2010

C’est via Le Printemps que les souliers Alexandre Birman foulent pour la première fois le sol français. En tête des pays clés d’Europe de la jeune griffe brésilienne (elle a tout juste trois ans), la France est suivie de près pour l’automne-hiver de l’Angleterre avec Neiman Marcus, Bergdorf Goodman, Harvey Nichols et Net-à-Porter.

Alexandre Birman, Arezzo
Alexandre Birman 2010

Une jolie brochette pour la marque fraîchement débarquée en Europe, où comme aux amériques, sa terre natale, elle compte faire un carton. Après Paris, choisie pour construire son image, son identité, Alexandre Birman amorce dès octobre son expansion sur le Vieux Continent et au-delà. L’Italie et l’Allemagne, mais aussi Sack's à Dubaï, Harvey Nichols Hong Kong ou encore la Malaisie et le Japon, jouent des coudes sur la liste des priorités.

La force de frappe, voilà une qualité dont les fées, sur son berceau, l’ont dotée. Car Alexandre Birman ne sort pas de nulle part. La marque vient des entrailles du groupe brésilien Arezzo. Fondateur et fabricant de quatre marques de chaussures, détenteur de 200 portes en Amérique du Sud, ce dernier s’est offert avec Alexandre Birman, un label premium. Petit bijoux confié aux mains de l’héritier (34 ans) de la famille à l’origine du groupe.

Pour son développement commercial, sont visées, les boutiques, concepts et departments stores les plus luxueux. Rien n’est trop beau pour le petit dernier, bien décidé à habiller les pieds des trentenaires ou quarantenaires "sexy, fashion, ayant quelque chose de différent". Toutes trouveront, c’est certain, leur bonheur parmi les trente modèles déclinables à souhait par les retailers, plongés dans l’embarras d’un choix vertigineux de formes, de couleurs et de matières. Car en parlant de vertige, les talons aiment à nous mettre la tête dans les étoiles, laissant tout de même aux sandales, pieds nus et ballerines, l’espace de s’exprimer. Qualité et confort obligent, les plus extravagantes et les plus sages d’entre nous devront débourser en moyenne 595 euros pour une paire siglée Alexandre Birman.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com