×
Publicités
Par
AFP
Publié le
26 avr. 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Apple Watch : un lancement dans le calme à travers le monde

Par
AFP
Publié le
26 avr. 2015

La montre connectée Apple Watch a été mise en vente vendredi en France et dans huit autres pays, à la grande joie des fans privilégiés qui l'avaient précommandée, mais sans la cohue qui accompagne habituellement de tels lancements.


Foto: Ansa


A Paris, seule la boutique de luxe Colette a créé l'événement, la rumeur courant que 1.000 exemplaires y seraient disponibles dès vendredi.

A 10h30, une demi-heure avant l'ouverture des portes du magasin situé en plein coeur de la capitale, environ 200 personnes patientaient. La queue, composée d'une majorité d'hommes entre 20 et 30 ans au profil plutôt « geek », était séparée en plusieurs tronçons par divers coupe-files.

En tête, certains s'étaient relayés depuis mercredi après-midi, installant des chaises de camping ou de simples tabourets. « J'ai fait la queue pour l'iPhone 4, l'iPhone 5 et l'iPhone 6 à l'Apple Store d'Opéra, là ça me change un peu », racontait Michaël.

Tous n'avaient pas précommandé l'Apple Watch mais espéraient tout de même repartir avec un exemplaire. « Est-ce que vous savez s'ils en auront en stock ? » demandait ainsi en queue de file Franck à ses voisins, venus comme lui sans être sûrs de récupérer l'objet convoité, quasiment introuvable en France le jour de sa sortie officielle, même si des livraisons ont déjà été effectuées chez des particuliers.

A des milliers de kilomètres de là, au Japon, une trentaine de clients - à 90 % des hommes - patientaient en milieu de matinée devant la boutique SoftBank du quartier huppé de Ginza à Tokyo. Tous avaient apposé leurs noms il y a deux semaines sur un registre du magasin pour les acheteurs pressés d'acquérir ce gadget à utiliser conjointement avec un iPhone 5 ou 6.

« Je veux voir ce qu'il est possible de faire avec cette montre intelligente. Le prix (environ 350 euros pour le modèle de base) ne me tracasse pas plus que cela », explique Yoshimi Kimura, la trentaine, parmi les premiers à faire la queue. Un autre client est attiré par le côté « pratique » de l'objet, qui permet de « consulter des infos sans même devoir sortir l'iPhone de sa poche ». Un troisième se dit pressé de tester les fonctions de suivi d'activité physique, et un quatrième de téléphoner avec.

« Ceux qui n'ont pas réservé ne peuvent pas en acheter une ici aujourd'hui et la date de la prochaine livraison est inconnue », assure un vendeur de SoftBank, opérateur de téléphonie mobile partenaire de longue date d'Apple au Japon.

Mais, sur le réseau social Twitter, n'a pas tardé à se répandre la rumeur qu'un hypermarché du quartier de l'électronique, Akihabara, disposait aussi de stocks. Ainsi, beaucoup de curieux venus par hasard ont eu la surprise de repartir avec l'Apple Watch de leur choix, sans même attendre.

« Bien sûr, nous servons en priorité ceux qui ont été les premiers à se manifester depuis l'ouverture des précommandes, mais nous avons certains modèles en réserve », a expliqué une vendeuse. L'Apple Watch est déclinée en trois versions, dont les plus luxueuses sont exclusivement vendues au Japon dans le grand magasin Isetan.

En Chine, marché considéré comme stratégique pour Apple, les premiers acheteurs se sont extasiés en ligne : « Génial. On peut se servir de beaucoup d'applications », pouvait-on lire sur Sina Weibo, le Twitter chinois. « J'ai reçu ma montre. J'ai fait quelques essais, mais je ne me suis pas encore habitué à son maniement. Mais avec le temps, je vais vraiment l'aimer ! » renchérit un autre.

Apple n'est pas le seul sur ce créneau des montres connectées. Le Japonais Sony propose depuis plusieurs années une gamme SmartWatch et son rival sud-coréen Samsung les Galaxy Gear, alors que le Chinois Huawei va bientôt lancer son propre modèle.

L'Apple Watch est disponible depuis vendredi dans un total de neuf pays (Japon, Australie, Canada, Chine, France, Allemagne, Hong Kong, Royaume-Uni et Etats-Unis).

Corentin Chauvel (avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.