×
Publicités
Publié le
10 avr. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Attic and Barn veut devenir la référence de la robe vintage

Publié le
10 avr. 2012

Après avoir lancé Momoni, marque de prêt-à-porter cousue autour d'une ligne de lingerie au romantisme vintage, Michelle et Alessandro Biasotto avaient envie de raconter une autre histoire. Les fondateurs du showroom La Din ont donc fait naître Attic and Barn, autour de l’idée des robes imprimées légèrement rétros, directement inspirées de dessins d'archives. Positionnée entre le moyen et le haut de gamme, la marque a conquis environ 600 revendeurs en quatre saisons seulement.


Attic and Barn printemps-été 2012.

"Je crois que ce qui est convaincant, estime Alessandro Biasotto, c'est l'histoire et la poésie que véhicule la marque. Il faut donner des concepts aux gens aujourd’hui, c’est ce qu’ils demandent, alors nous avons choisi ce créneau de la jolie robe vintage, féminine, chic, mais pas ordinaire". Un style accessible à un public assez large de femmes, que le cofondateur situe entre 20 et 50 ans, côté prix, la caractéristique du Made in Italy ancre une petite robe autour des 200 euros en moyenne.

Via le showroom de ses créateurs, Attic and Barn est géré en direct pour la France et l'Italie. Sur les 600 points de vente annoncés par la marque, un tiers se situe d'ailleurs côté transalpin, tandis que la France recense elle 150 adresses. L'Europe est désormais quadrillée par des agents et depuis la saison en cours les marchés russe et américain ont également leurs représentants.

Même si Momoni et Attic and Barn sont deux griffes bien distinctes, avec chacune leur bureau de style, elles se complètent et cohabitent parfois en boutique, comme dans le concept retail des créateurs intitulé Maison Momoni. Après l'ouverture d'une première adresse rue Etienne Marcel, dans le IIème arrondissement de Paris, les fondateurs étudient la possibilité de développer ce concept dans l'Hexagone via la franchise.

En 2011, les deux marques rassemblées ont généré un chiffre d'affaires de 5 millions d’euros. Alessandro Biasotto table d'ores et déjà sur un montant de 8,5 millions d'euros en 2012, grâce notamment au développement conséquent du wholesale d’Attic and Barn.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com