×
5 965
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
24 mai 2007
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Baccarat : le fonds américain Starwood prend le pouvoir

Par
AFP
Publié le
24 mai 2007

PARIS, 24 mai 2007 - Le fonds américain Starwood, via sa filiale Société du Louvre, prend le pouvoir de la cristallerie française Baccarat en montant à près de 90 % de son capital, après un long bras de fer avec les actionnaires historiques, a annoncé la société jeudi 24 mai dans un communiqué.


Collections Guet-Apens, Lolita, Medicis, Tango et Galet de Baccarat

Starwood avait racheté en 2005 100 % de la Société du Louvre à la famille Taittinger. Société du Louvre, qui possédait déjà 52 % de Baccarat, va racheter la part de 34 % du capital détenue par les actionnaires minoritaires, pour environ 68 millions d'euros, ce qui portera sa participation à 86 %.

"La Société du Louvre, actionnaire majoritaire (52 %) de Baccarat, et les Fondations de Chambrun et Cognacq-Jay, actionnaires minoritaires (34 %), ont conclu un accord relatif à la cession des participations détenues par les deux fondations dans Baccarat à la Société du Louvre", est-il indiqué.

La Société du Louvre va acheter cette participation au prix de 314 euros par action, en deux fois : 230 euros maintenant puis 84 euros de plus dans deux ans, précise le communiqué. L'opération se monte donc à environ 68 millions d'euros au total.

Starwood est en conflit depuis plusieurs mois avec les fondations et Anne-Claire Taittinger, présidente de la cristallerie lorraine pendant treize ans, jusqu'en 2005, et poussée à la démission de son poste d'administratrice fin avril.

Le fonds voulait en particulier créer une licence lui permettant d'ouvrir des hôtels et des bars au nom de la marque, ce à quoi les fondations s'opposaient. Finalement, cette licence "a été autorisée par le dernier conseil d'administration, celui du 27 avril", a indiqué à l'AFP un porte-parole de Starwood, ce qui n'avait pas été annoncé à l'époque.

Les actionnaires minoritaires s'étaient aussi opposés à Starwood en janvier en rejetant un plan d'augmentation de capital, défendu par le fonds d'investissement.

Cette augmentation de capital devait servir à financer un plan de développement de la marque notamment en recentrant la cristallerie sur certains produits, comme les lustres ou les bijoux, et en lancer parallèlement de nouveaux.

Ce plan a finalement été adopté début mars et, selon une source proche du dossier, il sera financé par de l'emprunt.

Selon le communiqué de jeudi, les fondations "ont décidé de céder leurs participations en considération de l'assurance que La Société du Louvre n'avait pas l'intention de céder Baccarat dans un avenir proche".

"La Société du Louvre est particulièrement attachée à l'activité de Baccarat et souhaite mettre en oeuvre une stratégie de long terme qui positionnera Baccarat parmi les premières marques de luxe au monde", fait-elle aussi valoir.

L'action Baccarat était suspendue depuis jeudi matin à la Bourse de Paris. Elle avait fini mercredi soir à 283 euros.

La CFE-CGC "retient que les Américains de Starwood n'ont cessé tout au long de la discussion d'affirmer leur volonté de voir s'épanouir la marque Baccarat", a indiqué le syndicat dans un communiqué.

Pour le syndicat de l'encadrement si Starwood "arrive à faire de Baccarat une vraie marque de luxe d'ici à quelques années, sa nouvelle valeur sera décuplée".

La CFE-CGC de Baccarat a déclaré vendredi 25 mai "ne pas avoir d'inquiétude" après la prise de pouvoir du fonds américain Starwood dans le capital de la cristallerie française, tout en restant "vigilante".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.